Huffpost Algeria mg

Le pétrole en retrait, la Russie efface les espoirs d'accord la semaine prochaine

Publication: Mis à jour:
OIL
Oil and gas station | Dan Bannister via Getty Images
Imprimer

Les prix du pétrole reculaient vendredi en cours d'échanges européens après avoir atteint de nouveaux plus haut en cours de séance, le ministre de l'Energie russe douchant les espoirs d'accord sur la production la semaine prochaine.

Vers 10H20 GMT (12H20 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en décembre valait 52,14 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en retrait de 37 cents par rapport à la clôture de jeudi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI) pour la même échéance reculait de 19 cents à 50,25 dollars.

Vers 07H30 GMT, le Brent a atteint 52,84 dollars et le WTI 50,74 dollars, s'approchant de leurs plus haut niveaux de l'année atteints en juin, à 52,86 dollars pour le Brent et à 51,67 dollars pour le WTI.

Les cours de l'or noir profitaient en début de séance des espoirs sur une réunion officieuse des membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), en marge d'un sommet sur l'énergie qui doit se tenir à partir de ce week-end à Istanbul.

Le pétrole a été soutenu par la baisse des stocks américains (selon des données publiées mercredi par le Département américain de l'Energie, NDLR) et l'accord de l'Opep revient désormais au centre de l'attention, commentait Michael van Dulken, de Accendo Markets.

Les responsables de l'Opep auraient pu profiter de leur présence à Istanbul pour clarifier l'accord trouvé la semaine dernière à Alger pour limiter la production et ainsi équilibrer un marché dont la demande croit avec moins de vigueur.

Mais la Russie, un des plus grands producteurs mondiaux mais qui ne fait pas partie de l'Opep, aurait d'ores et déjà écarté l'idée d'un accord à Istanbul. Il s'agira uniquement de discussions, a déclaré le ministre russe de l'Energie, Alexander Novak, à l'agence Bloomberg.

Plusieurs analystes soulignent depuis la semaine dernière la position ambiguë de la Russie qui a produit à des niveaux records en septembre.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.