Huffpost Algeria mg

«La première aide c'est nous» : après Matthew, l'entraide des Haïtiens

Publication: Mis à jour:
MATTHEW HATI
Stanley stands in his destroyed house after the passing of Hurricane Matthew, in Les Cayes, in Southwest Haiti, on October 6, 2016.The storm killed at least 108 people in Haiti, the poorest country in the Americas, with the final toll expected to be much higher. / AFP / HECTOR RETAMAL (Photo credit should read HECTOR RETAMAL/AFP/Getty Images) | HECTOR RETAMAL via Getty Images
Imprimer

Les pieds dans une flaque d'eau sale, Dominique donne des indications à son voisin qui s'affaire à reclouer une des tôles emportée par les rafales de vent. Solidaires, les habitants du quartier de Sous-Roche Cayes en Haïti s'activent pour réparer les dégâts causés par l'ouragan Matthew.

"J'ai passé les deux jours sur mes deux pieds, sans dormir. On doit s'aider les uns les autres", témoigne Dominique Osny. "Tout le monde est victime ici, les maisons ont été emportées par les eaux, on a perdu toutes les tôles, j'ai même perdu jusqu'à mon extrait de naissance", se désole-t-il.

Le quartier tranquille en bord de plage est aujourd'hui envahi par la boue et les arbres déracinés. A quelques dizaines de mètres, la rivière a commencé à se retirer mais il est encore impossible de la dissocier de l'océan qui a englouti la plage.

Sur la côte sud d'Haïti, Les Cayes, troisième ville du pays, a été, pendant de longues heures, balayée par les vents et les averses torrentielles de l'ouragan.

"J'ai pensé que j'allais mourir. J'ai vu la mort en face", raconte Yolette Cazenor. "On était dans la maison et on s'est mis à courir parce que, comme vous voyez, le cocotier est tombé sur la maison et l'a complètement détruite", explique la femme de 36 ans devant son habitation coupée en deux par le tronc d'arbre.

Au-delà de toutes ces maisons détruites, se relever de la catastrophe représente un immense défi pour Les Cayes. Pas un champ de sa plaine agricole n'a résisté aux rafales qui ont soufflé pendant plus de dix heures en début de semaine.

"J'avais des champs de maïs et de piment, près de 100 manguiers et aussi une ferme où les gens pouvaient venir acheter des plantules. J'ai tout perdu", se lamente Junior Jétro Chérubin.

A l'exemple de la solidarité qui prévaut dans le quartier de Sous Roche, Junior appelle à l'entraide nationale.

"Il est l'heure de nous mettre ensemble pour commencer à reboiser le pays, à former la population pour qu'elle sache comment construire, pour qu'on puisse vivre une autre vie, sinon, à chaque désastre naturel, il y aura encore des victimes et des dégâts", affirme-t-il.

Si devant l'adversité, les Haïtiens conjuguent leur efforts, l'aide étrangère commence à parvenir aux victimes de l'ouragan.

Depuis le camion où elle est juchée avec les autres membre de la mission religieuse Arise Haïti , Rachel Courter, une Américaine, distribue des cartons de nourriture aux habitants de Sous-Roche.

"Nous donnons la même portion de riz que nous donnons aux enfants que l'on aidait déjà à travers notre programme", explique-t-elle. "C'est impossible d'aider toutes les victimes, nous donnons seulement ce que l'on avait déjà".

Mais cette générosité étrangère n'est pas du goût de tous dans la ville.

"Je n'ai jamais cru en l'aide étrangère: s'il vous plait, ne venez pas encore nous promettre des milliards si après nous n'allons rien recevoir", peste Gédéon Dorfeuille. "Surtout on n'a pas besoin de l'armée comme après le 12 janvier 2010", le jour du séisme qui a tué plus de 200.000 personnes, lance t-il.

"Alors qu'on avait besoin d'eau potable, les Américains ont débarqué avec leurs armes et leurs soldats. Et 80% de l'argent qui devait aider Haïti a été brûlé dans les mains des ONG", dénonce le jeune homme.

Jusqu'à la fin de la journée, marteau en main, Gédéon Dorfeuille explique qu'il va continuer à aider ses voisins à replacer les tôles sur les toits. "C'est à nous de commencer le travail, la première aide c'est nous".

Close
L'ouragan Matthew
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée
Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.