Huffpost Maroc mg

Les élections à la une (ou pas) des journaux marocains

Publication: Mis à jour:
UNES JOURNAUX ELECTIONS MAROC
Les élections à la une (ou pas) des journaux marocains | HuffPost Maroc
Imprimer

POLITIQUE - "Votons!", "Les Marocains appelés aux urnes", "Près de 16 millions d'électeurs appelés aux urnes aujourd'hui"... Les élections législatives, qui se déroulent ce vendredi 7 octobre, font la une de (certains) journaux.

Si la plupart des quotidiens ont en effet mis en avant l'organisation de ce deuxième scrutin législatif depuis la nouvelle Constitution de 2011, d'autres n'ont cependant pas cru bon d'en faire leur une.

Du côté des journaux francophones, Le Matin ouvre son édition sur les élections, rappelant les chiffres principaux de ce scrutin, et notamment du corps électoral, composé de 55% d'hommes et de 45% de femmes, dont 55% dans les villes et 45% dans le monde rural. Un focus est fait sur les jeunes, "acteur majeurs" de ces législatives, qui représentent 40% du corps électoral, malgré des relations souvent "tendues" avec les partis, en raison de "l'absence de démocratie interne" au sein de certaines formations politiques.

"Premier grand test démocratique" post-printemps arabe

L'Économiste, de son côté, appelle ses lecteurs à voter, "une occasion pour être acteur du changement". Selon le quotidien économique, il s'agit en effet du "premier grand test démocratique de l'après-printemps arabe". "Par-delà la démagogie et le populisme, la question profonde est de savoir quel type de société nous souhaitons devenir", écrit le directeur de publication Abdelmounaïm Dilami dans un édito qui reprend les arguments des détracteurs du PJD sans pour autant nomme le parti de Benkirane.

L'Opinion tout comme Al Bayane, font leur une sur des dépêches recyclées de la MAP, sans perspective. Peu d'opinion dans le premier, lié à l'Istiqlal qui choisi de dresser un bilan chiffré de ces élections législatives, et de rappeler que "l'enseignement, les opportunités d'emploi, l'action sociale, le renforcement des infrastructures" sont au coeur des programmes électoraux des différents partis, "en vue d'attirer les voix des électeurs". Le deuxième, qui roule pour le PPS, a pour sa part choisi de zoomer sur la "forte participation" attendue de la population sahraouie aux élections, une "preuve irrécusable de son attachement à l'intégrité territoriale du Maroc".

Certains journaux choisissent de ne pas ouvrir leur édition sur les élections, comme le quotidien Libération, lié à l'USFP, qui tire dans les pattes du gouvernement en faisant sa une sur la "politique antisociale" de l'exécutif "confortée par le projet de loi de Finances 2017" adopté "à la hâte" selon lui par Benkirane.

L'hebdomadaire La Vie Eco non plus ne fait pas sa une sur les élections, mais publie néanmoins un édito félicitant les partis qui ont, cette année, mis un accent particulier sur le volet économique dans leur programme, mais pas sur le taux de participation des Marocains aux différents scrutins. "Serait-ce finalement le dernier des soucis de nos politiciens?" conclut le journal.

Un "vendredi décisif"

Du côté de la presse arabophone, la majorité des titres de ce vendredi ont concerné également les élections.

"Un vendredi décisif" a titré par exemple le quotidien Akhbar Al Yaoum, estimant que ce scrutin se fera sous le slogan de "la réforme à l'ombre de la stabilité".

Le journal, qui a choisi d'iIllustrer sa une avec la photo d'un homme âgé placé derrière un rideau noir dans un bureau de vote, relève également que "15,5 millions d'électeurs renouvelleront leur confiance en Benkirane ou en finiront avec sa vie politique". Le Parti authenticité et modernité (PAM), lui, "passe un examen de vie ou de mort ", alors que Hamid Chabat, SG du Parti de l'Istiqlal (PI), est "devant sa dernière chance pour sauver sa tête".

15 millions d'électeurs

Al Alam, le porte-voix du PI, est resté très prudent pour sa une de ce vendredi. "Des spécialistes s'attendent à une participation aux alentours de 47%" a titré le journal, ajoutant que "ce qui s'est passé dans la marche de Rabat aurait des répercussions sur l'opération" électorale.

Même son de cloche chez Akhir Saâa, journal dirigé par Fouad El Omari. Les "électeurs décident aujourd'hui de l'élection des membres de la chambre des représentants", a simplement titré le quotidien.

Idem pour Rissalat Al Ouma, édité par l'Union constitutionnelle (UC), qui rappelle que "15 millions de citoyens choisiront aujourd'hui les nouveaux membres de la chambre des représentants".

Le journal de Rachid Niny, Al Akhbar, rapporte lui qu'"un centre" a demandé au ministre de la Justice, Mustapha Ramid, d'ouvrir une enquête concernant des "financements extérieurs qu'aurait reçus le parti de Benkirane"

Visites royales

Assabah, quotidien indépendant édité par le groupe Ecomédias, parle de son coté d'une "fin sanguinaire" pour la campagne électorale. Selon lui, plusieurs "violents affrontements ont eu lieu ces derniers jours entre les partisans de différents partis", assurant que certains ont même usé de "couteaux et épées" pour en découdre.

Enfin, en une du quotidien Al Massae, un sujet loin de l'ambiance électorale. Le journal a préféré faire sa une sur la mobilisation de responsables après des "visites royales surprises" sur des chantiers qui ont pris du retard à Casablanca.

LIRE AUSSI: EN DIRECT - A midi, un taux de participation de 10% aux élections législatives au Maroc