Huffpost Tunisie mg

Accusée d'avoir fait perdre à la Tunisie 120 millions de dollars par une députée, la Banque Centrale réagit

Publication: Mis à jour:
CHEDLY AYARI
Tunisia's Central Bank governor Chedly Ayari speaks during a round table event on advancing Tunisia's economic transition, organised by the World Economic Forum in Tunis December 6, 2012. REUTERS/Zoubeir Souissi (TUNISIA - Tags: BUSINESS POLITICS) | Zoubeir Souissi / Reuters
Imprimer

Une erreur commise par le gouverneur de la Banque centrale Chedli Ayari, a fait perdre à la Tunisie 120 millions de dollars. C'est ce qu'a publié, dans un statut Facebook, la députée de Nidaa Tounes, Sabrine Ghoubantini.

Selon elle, l'erreur de couverture de change sur un encours de crédit qui a coûté une perte de 120 millions de dollars est due à un retard de paiement de la dette et ce suite à un oubli.

Dans ce même statut, elle a appelé le gouverneur de la Banque Centrale, Chedli Ayari à démissionner ainsi qu'à l'ouverture d'une enquête par les autorités concernées. "L'argent des Tunisiens n'est pas un jeu", lance-t-elle.

Contacté par le HuffPost Tunisie, l'attaché de presse de la Banque Centrale de Tunisie, Zied Mouhli a fermement démenti les propos de la député en les qualifiant d'infondés."Tous les chiffres sont publiés sur le site de la BCT" indique-t-il.

"Toute personne ayant un minimum de connaissances en finances, sait que c'est une intox. Elle parle de 120 millions de dollars, c'est impossible. C'est malheureux" confie-t-il.

Et d'ajouter: "Celui qui touche à la crédibilité de la BCT, touche la crédibilité de la Tunisie, on ne nous fera plus confiance à l'international".

"Si Ghoubantini avait des preuves pour ce qu'elle avance, elle devrait passer par la voie officielle soit l'ARP au lieu de publier un statut Facebook, cela n'a aucun sens" conclut-il.

De son côté, l'institution a publié un communiqué affirmant que cette information est "fallacieuse": "La Banque Centrale de Tunisie (BCT) dément catégoriquement 'l’information' qui a circulé sur les réseaux sociaux et certains sites d’information électronique concernant des pertes prétendues. La BCT relève le caractère inexact et fallacieux de cette 'information'. A ce propos, la BCT se réserve le droit de se défendre par les moyens qu’elle estime utiles."

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.