Huffpost Maroc mg

Les Marocains seront-ils plus nombreux à voter en 2016?

Publication: Mis à jour:
MAROC ELECTIONS
A man casts her ballot at a polling station for the parliamentary elections, in Rabat, Morocco, Friday, Oct. 7, 2016. Millions of Moroccans hit the voting booths, with worries about joblessness and extremism on many minds as they choose which party will lead their next government.(AP Photo/Abdeljalil Bounhar) | ASSOCIATED PRESS
Imprimer

ÉLECTIONS - C'est l'un des principaux enjeux de ce nouveau scrutin législatif, le second organisé depuis la Constitution de 2011. Ce vendredi 7 octobre, les Marocains sont appelés à se rendre aux urnes pour choisir leurs députés et élire le parti qui sera à la tête du gouvernement pour les cinq prochaines années.

Seront-ils plus nombreux qu'en 2011, où le taux de participation aux élections législatives était d'à peine 45,4 %, sur les 13,6 millions d'électeurs inscrits sur les listes électorales?

Campagne de com'

Pour pousser les citoyens à aller voter, le ministère de l'Intérieur a lancé une vaste campagne de communication. Plusieurs spots ont été diffusés durant les dernières semaines sur les chaînes de télévision et les radios nationales.

Des insertions publicitaires ont également été faites dans les différents supports de presse papier et digitale.

Le département de Hassad a également publié plusieurs communiqués rappelant qu'il fallait s'inscrire sur les listes électorales générales avant 8 août 2016, soit près d'un mois et demi avant le lancement officiel de la campagne électorale, le 24 septembre dernier. Pour ce scrutin, 15,7% millions d'électeurs sont inscrits sur les listes électorales.

Réponse vers 21h

Pour savoir si cette campagne à porté ses fruits, il faudra patienter jusqu'au soir. Le ministère de l'Intérieur devra communiquer aux alentours de 21h un premier chiffre sur le taux de participation de cette année.

Le taux de participation dépend de la confiance qu'ont les citoyens dans le système électoral, et la conviction qu'ils peuvent changer les choses en votant. Comme l'explique Assia Boutaleb, professeur à l’université de Tours contactée en juin dernier par le HuffPost Maroc, "pour voter, encore faut-il avoir le sentiment ou la conviction que cela sert à quelque chose. Or, c'est un sentiment que peu d'électeurs ont". Dans l’ensemble, les observateurs estiment que les élections de 2011 s’étaient déroulées dans d’assez bonnes conditions générales de transparence.

395 sièges sont à pourvoir à la Chambre des représentants, dont 305 directement. Les 90 sièges restants ont une particularité: 60 d'entre eux sont en effet réservés aux femmes et 30 aux candidats de moins de 35 ans. Les députés qui occuperont ces 90 sièges sont élus au titre d'une circonscription nationale.

LIRE AUSSI: