Huffpost Algeria mg

Accusations de Saïdani: Belkhadem réplique, Nekkaz menace de recourir à la Justice

Publication: Mis à jour:
SAADANI
dr
Imprimer

Abdelaziz Belkhadem, accusé mercredi 5 octobre par Amar Saïdani d'avoir été "lui et sa famille à la solde de la France durant la guerre de libération nationale", a qualifié les propos du SG du FLN "d'ordures", selon TSA. Le militant Rachid Nekkaz, accusé à son tour d'avoir été "actionné par le général Toufik pour perturber les élections 2014", a affirme ce jeudi sur sa page Facebook que ses avocats déposeront plainte pour diffamation.

L'ancien chef du gouvernement à rejeté les accusations de Amar Saïdani, qualifiant son discours de "sale". Il a déclaré que le SG du FLN "ne sait que diffamer et insulter", l'invitant à apporter des preuves de ses déclarations.

"S'il met en doute mon patriotisme, allez demander aux personnes qui m'ont connu dans ma jeunesse et ma carrière", a-t-il dit. "Quant au parcours révolutionnaire de ma famille, allez demander aux habitants de ma région et ils vous en parleront".

L'ultimatum de Nekkaz

Dans un post publié sur sa page Facebook, Rachid Nekkaz avait d'abord exige des excusez de la part de Amar Saadani, menaçant de recourir à la Justice. Il a annoncé ce jeudi avoir effectué une requête auprès de ses avocats, pour le dépôt d'une plainte contre "les déclarations diffamatoires" du SG du FLN.



Dans le même post, il a répliqué à ces accusations en évoquant l'appartement de Amar Saïdani à Paris, tout comme ceux du ministre Abdeslam Bouchouareb et du Premier ministre Abdelmalek Sellal en France.

Il a également nié avoir "rencontré ou comploté" avec le général Toufik, exigeant encore une fois des excuses avant le dépôt de la plainte, le 1er novembre.

Amar Saïdani, secrétaire général du Front de Libération Nationale (FLN) n’est pas allé de main morte dans sa conférence de presse tenue hier en marge de la réunion des mouhafeds.

Il est tombé à bras raccourcis sur l’ancien patron du Département du Renseignement et de la Sécurité (ex-DRS), Toufik Mediene, dit général Toufik, ne manquant pas de citer Rachid Nekkaz et Abdelaziz Belkhadem.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.