Huffpost Maroc mg

Des militaires marocains auraient bloqué les participants du Rallye du Maroc

Publication: Mis à jour:
COURSE
Des militaires marocains auraient bloqué les participants du Rallye du Maroc | Instagram
Imprimer

INSOLITE - Dernière grande compétition de rallye-raid avant la tenue du Paris-Dakar, le Rallye du Maroc bat actuellement son plein et se terminera demain à Erg Chebbi (dunes de Merzouga). Si cet événement sportif fait parler de lui grâce aux performances des pilotes qui y participent, une autre anecdote pour le moins surprenante a été relayée par les médias sportifs.

Des participants auraient en effet été arrêtés en pleine course, et surtout mis en joue, par des militaires marocains. Tout est parti d'un message publié par le motard argentin Kevin Benavides sur son compte Instagram le 5 octobre, journée à l'issue de laquelle il avait remporté la première victoire de sa carrière sur le circuit mondial.

Hoy gane mi primer etapa en una carrera del mundial!☝🏼️👌Me sentí muy cómodo desde el inicio y fluir en toda la etapa.. recuperando bastante desp de la etapa de ayer! Ayer fue etapa maratón, y dormíamos en el desierto sin internet sin nada.. Para todos los q preguntaron, ayer me detuvieron en el km 50 de la especial unos militares, venía segundo y el primer piloto no se freno, yo tampoco iba a frenarme porque estaba en carrera y como vieron q no me iba a frenar, me apuntaron y bueno ahí me frene, frenaron a todos los demás competidores hasta que llegó la organización en helicóptero y se reanudó la carrera más tarde, pero ya saliendo un poco más desconcentrado, por eso hoy contento de haber recuperado la confianza y concentración! #vamospormas #47 #maxstyle @rallyteamhrc @alpinestars @ride100percent @cuerdoscloth @gobiernodesalta #arai

Une photo publiée par Kevin Benavides (@kevinmaxbenavides) le

Après avoir célébré son exploit, il explique ce qui lui est arrivé avec d'autres coureurs la veille, le 4 octobre: "Pour tous ceux qui me l'ont demandé, j'ai été arrêté hier au 50e kilomètre de la spéciale par des militaires marocains. J'étais second et le premier pilote n'a pas freiné à leur niveau. Je comptais faire de même vu que j'étais en pleine course. Quand ils ont vu que je n'allais pas m'arrêter, ils m'ont visé et j'ai alors freiné. Tous les concurrents qui suivaient ont fait de même, et nous avons été obligé d'attendre l'arrivée de l'organisation par hélicoptère pour reprendre la course".

Aucun raison n'a été donnée pour expliquer la réaction des militaires marocains, mais force est de constater que ces derniers peuvent avoir une réaction assez inattendue lorsqu'ils soupçonnent un excès de vitesse.

LIRE AUSSI: