Huffpost Maroc mg

"Quand le Maroc vote", une conférence pour comprendre les élections au Maroc

Publication: Mis à jour:
ELECTIONS MAROC
A Moroccan woman walks past electoral paintings representing a political party logos for the upcoming municipal elections in Casablanca, Morocco, Wednesday, Oct. 5, 2016. Party logos are, from left, are, "Socialist Union of the People's Forces" (Rose), Constitutional Union (horse), "Justice and Development Party" (Lamp) and Party of Istiqlal (Scale) at the Sidi Othmane district of Casablanca. To help illiterate people vote, only party logos will appear on ballot papers, and the numbers seen in t | ASSOCIATED PRESS
Imprimer

POLITIQUE - "Quand le Maroc vote". C'est le thème d'une conférence donnée mercredi à l'université Internationale de Rabat (UIR) par les membres de l'association Tafra autour de son récent travail encyclopédique sur l'histoire des législatives au Maroc.

Cette rencontre, qui s'inscrit dans le cadre d'un cycle de conférences intitulé "les mercredis de Sciences Po", organisé par le pôle Science Po Rabat, a été l'occasion pour débattre avec les membres de Tafra autour de leur base de données inédite sur les élections législatives, publiée dans un livret et présentée il y a une dizaine de jours à Rabat en partenariat avec le Centre Jacques Berque.
L'occasion aussi de présenter le fruit d'un travail de recherche qui a duré une année, portant sur les résultats des élections législatives au Maroc de 1963 à 2011.

Le groupe de recherche s'est focalisé sur les élections de 2002, 2007 et 2012, pour mettre l'accent sur la trajectoire d'un certain nombre de partis politiques, sur le taux d'abstention et le taux de votes nuls. Une travail d'autant plus louable que les données relatives aux élections restent rares et difficilement accessibles.

L'idée de départ était "de rendre accessibles des informations d’intérêt publique, et de contribuer à l’émergence d’une sociologie électorale du Maroc, discipline aujourd’hui quasi inexistante", a déclaré à l'agence MAP Younes Benmoumen, co-fondateur de l’association avec Karim Hajjaji, tous deux anciens membres de l’association Cap Démocratie Maroc.

"Cette cartographie permet de représenter les suffrages exprimés par circonscription et d'observer ainsi les spécificités régionales et les grands clivages urbain et rural", a souligné l'enseignant-chercheur au laboratoire Espace, nature et culture de Paris-la Sorbonne, associé au CJB, David Goeury.

Le concept de Tafra repose sur deux piliers: "un volet recherche coordonné par Nabil Mouline (historien et chercheur au Centre Jacque Berque, ndlr) en tant que conseiller scientifique et un second, consacré au plaidoyer, qui vise à décliner la production académique du think tank sur des formats plus adaptés au débat public", expliquait récemment Younes Benmoumen au HuffPost Maroc.

LIRE AUSSI: