Huffpost Maroc mg

Le projet de loi de finances 2017 adopté en conseil de gouvernement

Publication: Mis à jour:
PARLEMENT MAROC
Stringer/Reuters
Imprimer

ECONOMIE - A trois jours des élections législatives, le conseil du gouvernement, réuni mardi 4 octobre à Rabat sous la présidence du chef du gouvernement Abdelilah Benkirane, a examiné et adopté le projet de loi de finances (PLF) 2017.

D'emblée, le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement Mustapha El Khalfi a indiqué que le PLF entend "mettre en application les orientations adoptées lors du conseil des ministres et qui consistent, notamment, en l'accélération de la transformation structurelle de l'économie nationale en focalisant sur l'industrialisation et l'export, l'amélioration de la compétitivité de l'économie nationale et la promotion de l'investissement privé, la qualification du capital humain et la réduction des disparités sociales et territoriales ainsi que le renforcement des mécanismes de gouvernance institutionnelle".

Dans le détail, le projet de loi de finances repose sur quatre hypothèses: un taux de croissance de 4,5%, un déficit budgétaire de 3% du PIB, un cours moyen du gaz butane de 350 dollars/tonne et une inflation limitée à 1,7%.

190 milliards de dirhams d'investissements publics

Le PLF 2017 vise également la création de 23.168 postes d'emploi et mobilise 190 milliards de dirhams comme volume total des investissements publics qui incluent les établissements publics, l'administration publique et les collectivités territoriales. 62 milliards de dirhams de ce budget total seront dédiés à l'investissement public relatif à l'administration.

Le projet stipule également la poursuite du rythme de l’investissement public, pour ce qui a trait aux stratégies sectorielles, moyennant un montant de 8,9 milliards de dihrams consacré au Plan Maroc Vert, 3,7 milliards de dirhams réservés au Plan d’accélération industrielle et 11,7 milliards de dirhams pour les énergies renouvelables.

Le texte prévoit également la poursuite de la mise en œuvre des grands chantiers, en consacrant 1,2 milliards de dirhams aux autoroutes, 6 milliards de dirhams aux chemins de fer, 1,5 milliards de dirhams aux aéroports et environ 20 milliards de dirhams aux ports.

10 milliards de dirhams pour les secteurs sociaux

Il stipule également le soutien aux stratégies sociales, notamment en matière d’enseignement et d’enseignement supérieur, de santé et d’habitat, lesquelles stratégies mobilisant environ 10 milliards de dirhams à titre d’investissements dans les secteurs sociaux, dont 3,8 milliards de dirhams destinés à l’enseignement, 2,4 milliards de dirhams à la santé, 2,5 milliards de dirhams à l’habitat, outre la poursuite de la mise en œuvre du programme de réduction des disparités sociales et territoriales (50 milliards de dirhams).

En matière d’investissement, on notera dans le PLF 2017 une augmentation de 3,6 % du budget alloué comparativement à 2016.

Le projet de loi de finances consacre 106,7 milliards de dirhams à la masse salariale relative aux fonctionnaires, 27,47 milliards de dirhams aux intérêts de la dette et 14,65 milliards de dirhams à la compensation, a fait savoir le ministre.

Des mesures en faveur de l'entreprise

Ce projet comprend comme mesures relatives aux entreprises l’exonération de l’impôt sur société durant cinq ans pour les entreprises industrielles nouvellement créées, l’amélioration et le soutien de l’intégration industrielle dans les zones franches d'export et dans l’ensemble du territoire national.

Il prévoit aussi l’exonération de la taxe sur la valeur ajoutée pendant 36 mois pour les entreprises lançant de nouveaux projets dans le cadre des accords d’investissement avec un montant dépassant 100 millions de dirhams.

Le PLF 2017 entend aussi l’exonération permanente de l’impôt sur le revenu pour une indemnité de stage plafonnée à 6.000 dirhams en vue de promouvoir l'emploi des jeunes diplômés, a ajouté le ministre, notant qu'il vise aussi à booster la dynamique de l’auto-entreprenariat, qui compte plus de 30.000 auto-entrepreneurs déclarés et à promouvoir la création et l’accompagnement des start-up en octroyant une enveloppe de 500 millions de dirhams.

Pour ce qui est du vaste chantier de la mise en œuvre de la régionalisation élargie, le PLF prévoit une hausse de 2 à 3% de la recette de l'impôt sur les sociétés et de l’impôt sur le revenu au profit des régions, à laquelle s'ajoutent des fonds puisés dans le budget général estimés à 2 milliards de dirhams soit au total 5,2 milliards de dirhams.

LIRE AUSSI: