Huffpost Maroc mg

Benkirane fait campagne sur le "maâkoul" et la lutte contre le "tahakoum"

Publication: Mis à jour:
BENKIRANE
Abdelillah Benkirane, secretary-general of the Islamist Justice and Development party (PJD), casts his ballot at a polling station in Rabat September 4, 2015. Morocco's ruling Islamist party on Friday faced a major test of its dominance as polls opened for local elections for which most opposition parties have campaigned on anti-corruption platforms and against privileges for the elite. REUTERS/Youssef Boudlal | Youssef Boudlal / Reuters
Imprimer

ÉLECTIONS - Mercredi 5 octobre, Karia Ba Mohamed. Dans cette petite ville située dans la province de Taounate, dans le nord du pays, le secrétaire général du Parti de la justice et du développement (PJD) Abdelilah Benkirane a fait escale le temps d'un meeting avec les sympathisants et les militants de son parti, à deux jours du scrutin législatif.

Il est 11 heures lorsque Benkirane, du haut d'une imposante estrade installée pour l'occasion, répète ces mots comme un mantra: "il faut voter PJD pour contrecarrer le 'tahakoum'" (l'autoritarisme). "L'avenir du Maroc est entre vos mains. Vous avez le choix entre ceux qui défendent la démocratie et qui aiment ce pays, ou le tahakoum", martèle Benkirane sous les applaudissements de quelques milliers de sympathisants, t-shirt blanc et casquette vissée sur la tête, flanquée du logo du parti. "Benkirane repose-toi, nous poursuivrons le combat !", scandent en choeur les militants du parti de la lampe.

"Voulez-vous le tahakoum?"

Et Benkirane de reformuler son engagement pour la "lutte contre le tahakoum": "Voulez-vous le tahakoum?" "Non !", répondent ses sympathisants, comme on peut l'imaginer. "Alors, si vous voulez al-maâkoul (le sérieux, ndlr), votez pour le PJD", enchaîne le secrétaire général du PJD. "Al-maâkoul", qui renvoie simultanément au sérieux, à la transparence et à la rectitude morale, fait des émules aussi bien au PJD qu'au PPS, au même titre que le "tahakoum".

Après avoir défendu ses réalisations les plus populaires, à savoir l'aide financière directe aux veuves (sous conditions) et la bourse aux étudiants, Benkirane est revenu sur l'affaire de cet imam accusé par les habitants d’avoir appelé les fidèles à voter contre le PJD. "Ils nous accusent d'exploiter la religion mais font appel à un agent d'autorité pour appeler, depuis une mosquée, à ne pas voter PJD. N'ayez pas peur si un agent d'autorité vous demande ne pas voter pour nous. Ils ne vont pas vous accompagner dans les urnes au moment du vote."

"Appelez vos proches"

"Nous avons interagi ensemble, nous avons vécu ensemble, pleuré ensemble, ri ensemble. Je suis l'un de vous. Je veux que vous votiez pour moi", lance Benkirane, au moment où les femmes poussent des youyous. "Je sais que vous parlez beaucoup au téléphone. Je veux que vous appeliez vos proches pour leur dire que le Maroc est chanceux, qu'il a un parti qui a constitué un gouvernement sous la présidence de sa majesté le roi Mohammed VI, et que tout s'est bien passé durant son mandat. Alors pourquoi changer? Vendredi, vous devez voter pour nous et demander aux autres de faire de même. Si vous ratez cette occasion, vous allez en payer le prix."

LIRE AUSSI: