Huffpost Algeria mg

Algérie: Le lendemain du 5 octobre 1988 en photos

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Il y a 28 ans, le 5 octobre 1988. Ce jour là, des émeutes ont éclaté à Alger et partout dans le pays. Les chars de l'armée sont descendus dans la rue pour affronter des jeunes sortis exprimer leur mécontentement. Les forces de sécurité ont tué 169 personnes selon un bilan officiel, 500 selon d'autres sources.

Ces manifestations contre le chômage, la hausse des prix, les mesures d'austérité , les plus importantes depuis l’indépendance du pays, ont poussé le président Chadli Benjedid à introduire des réformes, dont une révision de la constitution votée lors du référendum du 3 novembre 1988, mettant fin, officiellement, au système du parti unique et ouvrant une brève page démocratique dans l'histoire du pays.

Revisitez, dans cette série de photos, les conséquences immédiates du 5 octobre 1988 en Algérie:

  • Getty Images
    Des éléments de la police anti-émeutes déployés à Alger. L'un d'eux, dans l'arrière-plan, lance une bombe lacrymogène.
  • STF via Getty Images
    Le 8 octobre 1988, des citoyens à Alger participent au nettoyage d'une rue de Belcourt après trois jours d'émeutes.
  • Patrick Robert - Corbis via Getty Images
    Des citoyens montrent une flaque de sang le lendemain des émeutes à Alger.
  • Georges MERILLON via Getty Images
    Des bus incendiés à Alger, le 9 octobre 1988.
  • Getty Images
    Des décombres à Alger, le 10 octobre 1988, suite aux émeutes.
  • AFP via Getty Images
    Une femme en hayek passe devant des décombres le 12 octobre 1988 à Alger après une semaine d'émeutes qui ont amené le président Chadli Benjedid à annoncer des réformes.
  • Patrick Robert - Corbis via Getty Images
    Un char de l'armée dans les rues d'Alger après les émeutes du 5 octobre 1988.
  • Patrick Robert - Corbis via Getty Images
    Des manifestants dans les rues d'Alger au lendemain des émeutes du 5 octobre 1988
  • Patrick Robert - Corbis via Getty Images
    Des étudiantes de l'université Bab Ezzouar à Alger passent devant un poster appelant à un rassemblement des universitaires le 22 novembre 1988.
  • Patrick Robert - Corbis via Getty Images
    Des étudiants lors d'un rassemblement à l'université de Bab Ezzouar à Alger, un mois après les émeutes du 5 octobre 1988. En haut, on peut lire des slogans pro-démocratie et pour la langue et la culture tamazight.
  • Patrick Robert - Corbis via Getty Images
    "Donnez-moi un théâtre, je vous donne un peuple", lit-on sur cette bannière brandie par des étudiants en costumes à l'université de Bab Ezzouar, un mois après les émeutes d'Octobre 1988.
  • Patrick Robert - Corbis via Getty Images
    Trois femmes algériennes pleurent des victimes tuées lors des émeutes d'Octobre 1988. Des proches des défunts se sont rassemblés en décembre pour rendre hommage aux centaines de manifestants tués par les forces de sécurité.
  • Patrick Robert - Corbis via Getty Images
    Une femme exprime son vote le 3 novembre 1988 durant le référendum sur la révision de la constitution.
  • Patrick Robert - Corbis via Getty Images
    Médecins et infirmiers marchent contre la torture. La manifestation a eu lieu quelques jours avant le référendum sur la révision constitutionnelle le 3 novembre 1988. Des informations ont fait état d'arrestation et de torture de manifestants du 5 octobre 1988.
  • Patrick Robert - Corbis via Getty Images
    Un monoprix étatique réapprovisionné suite aux émeutes du 5 octobre 1988. Les pénuries des aliments étaient fréquentes sous le régime socialiste des années 80.
  • Patrick Robert - Corbis via Getty Images
    Un graffiti contre le président Chadli à Alger, au lendemain des émeutes du 5 octobre 1988.
  • Patrick AVENTURIER via Getty Images
    Prière du vendredi dans les rues d'Alger, le 14 octobre 1988.
  • Patrick Robert - Corbis via Getty Images
    Des femmes et des enfants assis dans les rues d'Alger. Un mois auparavant, des centaines de manifestants ont été tués par les forces de sécurité durant les émeutes d'Octobre 1988.


Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.