Huffpost Tunisie mg

Il faut que la Tunisie et la région MENA améliorent la transparence dans la fonction publique selon l'OCDE

Publication: Mis à jour:
OCDE
DR
Imprimer

Les pays de la région Moyen-Orient/Afrique du nord (Mena) doivent poursuivre les réformes, et notamment lutter contre la
corruption, pour relancer des investissements, ont déclaré lundi des responsables de la région et de l'OCDE réunis à Tunis.

La conférence ministérielle OCDE-Mena 2016, qui s'achève mardi, examine principalement deux axes: "la gouvernance et l'investissement", a déclaré le ministre tunisien de la Fonction publique, Abid Briki, lors d'une conférence de presse conjointe avec le secrétaire général de l'Organisation de coopération et de développement économiques, Angel Gurria.

"Dans la région arabe, et particulièrement en Tunisie, il faut pousser pour un retour des investisseurs", a ajouté M. Briki. Et "pour améliorer la croissance et attirer les investissements (...), il faut instaurer un environnement excluant la corruption".

En Tunisie, "la mission la plus difficile (pour le gouvernement), c'est la lutte contre la corruption", a-t-il insisté.

"C'est seulement par des efforts concertés de réforme visant à instaurer une économie plus ouverte et plus inclusive, et à améliorer la gouvernance que nous parviendrons à la stabilité, prospérité et à l'égalité des chances, surtout pour les jeunes", a de son côté indiqué M. Gurria dans le communiqué final de la conférence, qui sera présenté mardi aux participants et dont l'AFP a reçu une copie.

Car "l'investissement direct étranger (IDE) dans la région Mena a chuté de 50% depuis 2008", selon l'OCDE, d'après qui "les obstacles réglementaires et administratifs constituent un important facteur de dissuasion", sans compter l'instabilité -et les conflits- qui ont suivi les soulèvements du "Printemps arabe".

L'OCDE s'est engagée à soutenir les pays de la région à "améliorer les normes et la transparence dans la fonction publique" et à "élaborer des politiques en faveur du développement du secteur privé", "encore sous-développé dans la région Mena".

LIRE AUSSI:


L'organisation basée à Paris s'est aussi inquiétée de l'envolée du chômage chez les jeunes, "29% en 2015 - soit plus que toute autre région du monde".

Des réformes économiques et structurelles permettraient notamment de "regagner la confiance des citoyens et de créer des emplois pour la jeune population de la région", selon l'OCDE.

LIRE AUSSI:
Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.