Huffpost Maroc mg

Benkirane, Balafrej, Rabbah, Chaâbi...Ces têtes d'affiche de la région Rabat-Salé-Kénitra

Publication: Mis à jour:
ELECTIONS MOROCCO
A man deposits his ballot paper after voting in Rabat, Morocco, Friday, Nov. 25, 2011. Moroccans voted for a new parliament Friday in Arab Spring-inspired elections that are facing a boycott by democracy campaigners who say the ruling monarchy isn't committed to real change. (AP Photo/Abdeljalil Bounhar) | ASSOCIATED PRESS
Imprimer

ÉLECTIONS - A quelques jours des élections législatives, la compétition monte d'un cran dans plusieurs circonscriptions électorales dites "cercles de la mort", qualifiées ainsi en raison de la notoriété des candidats choisis par leur partis pour les représenter dans cette bataille législative.

Selon les observateurs de la chose locale, la circonscription de Salé-Al Madina fait indéniablement partie de ces circonscriptions, en comptant des candidats politiques de renom, dont notamment le chef du gouvernement et secrétaire général du Parti justice et développement (PJD) Abdelilah Benkirane, le membre du bureau politique du Mouvement populaire (MP) Driss Sentissi et le membre du bureau exécutif du Rassemblement national des indépendants (RNI) Noureddine Lazrak.

S'imposer dans les cercles de la mort ou dans les circonscriptions comptant des élites politiques ou de grandes familles électorales revêt une importance stratégique pour les résultats finaux. La concurrence sera tout aussi acharnée à la circonscription de Rabat-L'Océan où s'affrontent des poids lourds. Ainsi, le PJD a choisi le président du conseil municipal de Rabat Mohamed Sadiki comme tête de liste. Il aura face à lui le candidat du Parti Authenticité et modernité (PAM) Abdelfettah El Aouni, que certains voient créer la surprise, de même que le candidat du RNI Abdelkader Tatou, le président du Conseil préfectoral de Rabat et député à la Chambre des représentants. De jeunes candidats comme Omar Balafrej de la Fédération de la gauche démocratique (FGD) et Karim Taj, membre du bureau politique du parti Progrès et socialisme (PPS), sont eux aussi à compter.

36 listes pour 7 sièges à Rabat

La rivalité atteint son paroxysme à la circonscription électorale de Kénitra avec un duel de choc entre Faouzi Chaâbi du PAM et Aziz Rabbah, ministre de l’Équipement et président du conseil communal de Kénitra, qui défendra les couleurs du PJD.

De son côté, Sidi Yahia El Gharb reste fidèle à la lutte fratricide entre les candidats de la famille Radi, notamment le vétéran du Parlement, Abdelwahed Radi de l'Union socialiste des forces populaires (USFP) qui affrontera Yassine Radi de l'Union constitutionnelle (UC).

Ainsi, 36 listes électorales se disputent sept sièges parlementaires à la préfecture de Rabat durant le prochain scrutin, réparties entre 18 listes pour la circonscription de Rabat-L'Océan (4 sièges) et 18 listes pour la circonscription de Rabat-Chellah (3 sièges). A Salé, 34 listes sont en compétition pour les sept sièges de la préfecture de la ville, soit 14 listes pour les 4 sièges de Salé-Al Madina et 20 listes pour les trois sièges de Sala-Al Jadida.

LIRE AUSSI: Au Maroc, le découpage électoral ne sera probablement pas révisé