Huffpost Maroc mg

Grâce aux internautes, la petite Aya, atteinte d'obésité morbide, sera soignée gracieusement

Publication: Mis à jour:
Imprimer

HAPPY END - Son cas a ému des milliers de Marocains. Le 30 septembre, le média féminin Soltana a publié un reportage sur Aya, une enfant âgée de onze ans atteinte du syndrome Prader-Willi, qui lui cause une obésité morbide.

La jeune fille, ainsi que ses parents, ont témoigné de ses difficultés à recevoir les soins nécessaires, ainsi que de bénéficier d’une éducation comme les autres enfants de son âge. “A l’école, on la juge pour son obésité”, raconte son père. Le directeur de l’école aurait même déclaré que “la fille fait peur aux enfants”, selon les dires de la petite Aya, déscolarisée depuis trois ans.

Quatre jours et près d’un demi million de vues sur Youtube plus tard, le cas Aya a mobilisé les internautes, qui ont été nombreux à vouloir l’aider à s’en sortir. Très vite, le chirurgien esthétique Hassane Tazi a posté une vidéo afin de demander aux internautes de l’aider à retrouver la jeune fille et a proposé de la prendre en charge.

Le chirurgien Mohamed Guessous, propriétaire d’une clinique dédiée à la chirurgie esthétique, a également manifesté son intérêt de prendre en charge la malade afin qu’elle puisse retrouver un rythme de vie normal. Le chirurgien a exprimé son souhait de s’impliquer dans cette opération en postant plusieurs photos de lui sur Facebook accompagné de la petite Aya et de la chanteuse Najat Rajoui, venue également remonter le moral de la malade.

De son côté, le site Soltana est revenu chez Aya, mais cette fois pour l’accompagner vers la clinique où elle a subi des examens préliminaires avant une éventuelle chirurgie. Dans une vidéo publiée le 3 octobre, Karim Tazi, le médecin qui s’occupe désormais de son cas, a expliqué les différentes procédures et examens par lesquels devrait passer la jeune fille avant de passer sur le billard.

Le médecin a également indiqué qu’il aura besoin de plusieurs médecins de compétences multiples afin de résoudre son problème dans les meilleures conditions. Contacté par le HuffPost Maroc, la clinique Guessous a, de son côté, exprimé son souhait d’aider Aya. “Nous sommes en attente de l’aval de son père afin de la soigner”, nous a expliqué le service de communication de la clinique.

LIRE AUSSI: Les internautes se mobilisent pour venir en aide aux victimes des inondations