Huffpost Maroc mg

Le prix Nobel de médecine 2016 décerné à Yoshinori Ohsumi pour ses travaux sur "l'autophagie"

Publication: Mis à jour:
PRIX NOBEL MEDECINE 2016
Le prix Nobel de médecine 2016 décerné à Yoshinori Ohsumi pour ses travaux sur "l'autophagie" | Handout . / Reuters
Imprimer

SCIENCE - Le prix Nobel de médecine 2016 a été attribué au biologiste Yoshinori Ohsumi pour ses travaux sur le mécanisme "d'autophagie", a annoncé le comité Nobel lundi 3 octobre.

La macroautophagie, précise le comité dans un communiqué, est "un processus conservé par l'évolution où la cellule eucaryote recycle une partie de soi-même en emprisonnant une portion de son cytoplasme dans une vésicule à double membrane qui est délivrée à un lysosome pour la digestion".

Pas très clair? Le mot autophagie est dérivé du grec et signifie se manger soi-même. Une cannibalisation dans notre corps? En réalité, l'autophagie est surtout un phénomène de régulation, mais qui fonctionne effectivement via une sorte de "digestion" des éléments non-essentiels des cellules.

Les recherches de Yoshinori Ohsumi sont cruciales afin de mieux comprendre le renouvellement des cellules et la réponse du corps à la faim et aux infections. "Les mutations des gènes de l'autophagie peuvent provoquer des maladies et le processus autophagique est impliqué dans plusieurs affections comme le cancer et les maladies neurologiques", a souligné le jury Nobel.

Un concept découvert il y a 50 ans mais compris en 1990

Le concept d'autophagie est apparu dans les années 1960 lorsque les chercheurs ont observé pour la première fois la destruction par les cellules de leur propre substance en l'évacuant vers un "compartiment de recyclage" appelé lysosome, a expliqué l'Assemblée Nobel de l'Institut Karolinska, qui décerne le prix. Christian de Duve, biochimiste belge à l'origine de la découverte de ce mécanisme, a d'ailleurs reçu le prix Nobel en 1974.

La connaissance du phénomène est cependant restée limitée jusqu'aux travaux de Yoshinori Ohsumi qui, au début des années 1990, a mené des "expériences brillantes" à partir de la levure et identifié les gènes de l'autophagie.

Il en a ensuite mis en évidence les mécanismes sous-jacents et montré que les mêmes mécanismes étaient à l'oeuvre dans le corps humain.

Le chercheur "un peu surpris" par sa nomination

Né à Fukuoka, Yoshinori Ohsumi, 71 ans, a obtenu son doctorat en 1964 de l'université de Tokyo. Après trois ans à l'université Rockefeller de New York, il est revenu à Tokyo pour créer son propre laboratoire. Depuis 2009, il est professeur à l'institut de Technologie de la capitale nippone.

Il "était un peu surpris", a raconté le secrétaire du jury Thomas Perlmann, qui lui a téléphoné avant l'annonce.

Ces derniers jours et comme chaque année, plusieurs journalistes s'étaient essayés aux pronostics pour ce prix Nobel de médecine 2016. La radio suédoise SR a évoqué les Américains Gregg Semenza, William Kaelin et Peter Ratcliffe, qui ont regardé comment le corps mesure la concentration en oxygène. Le quotidien Dagens Nyheter donne les noms d'autres Américains, dont l'immunologiste James Allison ou le neurologiste Karl Deisseroth.

Le lauréat succède à William C. Campbell, Satoshi Ōmura et Youyou Tu, récompensés en 2015 pour leurs travaux sur un ver parasite et le paludisme.

LIRE AUSSI: