Huffpost Maroc mg

Les images de la réouverture de l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray

Publication: Mis à jour:

Imprimer

TERRORISME - Plus de deux mois après l'attentat jihadiste au cours duquel le prêtre Jacques Hamel a été assassiné, l'église de Saint-Étienne-du-Rouvray a rouvert ses portes ce dimanche après-midi, le 2 octobre, lors d'une cérémonie chargée d'émotion et de symboles.

Pour l'Église catholique la profanation d'un lieu de culte doit être "réparée". A plus forte raison quand il s'agit d'un meurtre. "La paroisse a perdu l'un de ses pasteurs, son église a été souillée, une offense à Dieu a été commise, et il m'appartient (...) de rouvrir l'église comme cela est prévu à chaque fois qu'il y a une profanation", a expliqué à la presse l'archevêque de Rouen Mgr Dominique Lebrun.

Il devait procéder à un rite pénitentiel de réparation, suivi d'une messe. "Le rite consiste à 'laver' l'église en l'aspergeant d'eau bénite", a expliqué l'archevêque. L'eau bénite devait être répandue sur le sol au pied de l'autel où a été égorgé le père Hamel par deux jihadistes, Adel Kermiche, un Stéphanais, et Abdel Malik Petitjean, venu de Savoie.

L'eau bénite devait être aspergée aussi sur les objets cultuels profanés par les deux hommes: sur l'autel où ils ont porté des dizaines de coups de couteau, sur un grand Christ en croix qu'ils ont descellé du mur, sur le grand cierge de Pâques brisé et sur le chapelet d'une Vierge qu'ils ont enlevé.

Après le rite pénitentiel, Mgr Lebrun, entouré notamment du curé de la paroisse Auguste Moanda-Phuati, du vicaire général du diocèse Philippe Maheut et d'autres prêtres des paroisses environnantes, doit célébrer la messe.

saint etienne du rouvray

Il a rendu hommage au père Jacques Hamel et à son espérance dans un discours où il a aussi évoqué les jihadistes qui ont "arraché une croix en métal" et "en ont dressé une autre dans nos cœurs", selon lui.


Saint-Etienne-du-Rouvray : l'archevêque de Rouen rend hommage au père Hamel

Avant d'entrer dans l'église, portant la lourde croix descellée, Mgr Lebrun a conduit en début d'après-midi une procession sur environ 500 mètres qui a débuté dans la cour du presbytère, non loin de l'Hôtel de Ville.

Avant la cérémonie, un important dispositif de sécurité avait été mis en place:

Des centaines de personnes étaient attendues mais l'église comptant moins de 300 places, tous les habitants qui n'auront pas réussi à entrer pourront suivre la cérémonie à l'extérieur sur un écran géant.

De nombreux musulmans devaient se joindre à la foule, à l'extérieur de l'église. Un appel en ce sens a été lancé à la prière du vendredi à la mosquée stéphanaise Yahya, qui se trouve sur les hauteurs de la ville, juste à côté de l'autre église de la ville, Sainte-Thérèse.

Croyants de toutes confessions ou non croyants, tous les Stéphanais ont été fortement marqués par le drame. D'autant que la bonne entente règne entre les différentes communautés.

"C'est une nouvelle étape de la cicatrisation, de la convalescence", avait indiqué le maire de Saint-Etienne-du-Rouvray, Hubert Wulfranc, devant la presse. "Il y aura d'autres échéances", a-t-il ajouté, prévoyant de faire exploiter les archives de sa commune par des historiens en raison de la multitude de messages reçus du monde entier, ainsi que l'érection d'un monument à la mémoire du prêtre.

LIRE AUSSI: