Huffpost Maroc mg

La population marocaine vieillit 3 fois plus vite que dans les pays occidentaux

Publication: Mis à jour:
VIEUX
Les tortues ne meurent pas de vieillesse (film 2011) | Les tortues ne meurent pas de vieillesse DR
Imprimer

DÉMOGRAPHIE - Samedi 1er octobre, le monde célébrait la journée internationale des personnes âgées. Au Maroc, la population vieillit à un rythme trois fois plus élevé que dans le monde occidental.

La population de plus de 60 ans sera de 15% en 2030 et de 22,9% en 2050, selon les projections faites par le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) dans un communiqué parvenu le 30 septembre à l'agence EFE.

"Le vieillissement de la population est dû à la transition démographique rapide au Maroc, où le taux de fécondité a diminué de moitié en seulement 30 ans pour se situer à 2,2 enfants par mère", note le FNUAP.

Faible couverture sociale

Pour le Fonds des Nations Unies, ce phénomène représente des défis économiques et sociaux importants, compte tenu de la vulnérabilité des personnes âgées dans une société où le système de protection sociale est encore très faible.

Ainsi, seulement 16% des personnes de plus de 60 ans ont droit à une pension de retraite, et ce pourcentage tombe à seulement 3% pour les femmes. Quant à l'assurance maladie (publique ou privée), seulement 13,3% des plus de 60 ans l'ont (et 8% pour les femmes).

La question de la dépendance

En septembre 2015, le rapport "Global Age Watch", établi par l'ONU et l'ONG HelpAge, dressait un classement des pays où il fait bon vivre quand on est âgé selon plusieurs critères tels que la sécurité des revenus, l'état de santé, l'emploi, le niveau d'éducation et l'environnement social. Et le Maroc arrive à la 84e place du classement sur 96 pays étudiés.

Selon le rapport, les Marocains peuvent espérer vivre en bonne santé jusqu'à 74 ans. L'état psychologique des personnes âgées reste plutôt positif puisque 90% des plus de 50 ans estiment que leur vie à toujours un sens. Néanmoins, moins de la moitié des 55-64 ans ont un travail, et seuls 10% de la population âgée de 60 ans et plus ont fait des études secondaires ou universitaires, ce qui risque d'augmenter la dépendance économique et physique des personnes âgées.

C'est d'ailleurs sur cette question de dépendance que le Conseil économique, social et environnemental (CESE) mettait l'accent dans un rapport sur les personnes âgées publié en septembre dernier, alors même que "la prise en charge de ces personnes dans le cadre familial est menacée, notamment par la nucléarisation croissante des ménages."

Espace public inadapté

Le CESE pointait également du doigt les problèmes f'inadaptation de l'espace public urbain, qui ne favorise ni la mobilité, ni une vie sociale épanouie pour les personnes âgées, tels que le système de transport inadapté, le mauvais état des trottoirs, l'absence de toilettes publiques ou encore de bancs dans les parcs et les grandes avenues.

LIRE AUSSI: