Huffpost Maroc mg

Maroc: Ralentissement de la croissance économique à 0,5% au deuxième trimestre 2016 selon le HCP

Publication: Mis à jour:
ECONOMIC FARMER MOROCCO
Des fermiers ramassent des fraises dans un champ à Moulay Bousselham, dans la province de Kénitra, mars 2014. | Youssef Boudlal / Reuters
Imprimer

ÉCONOMIE - La croissance économique marocaine accuse (sérieusement) le coup. Le rythme de croissance de l'économie nationale a affiché une forte baisse durant le deuxième trimestre de 2016, se situant à 0,5% contre 4,2% au titre de la même période un an auparavant, selon le Haut-commissariat au Plan (HCP).

Au premier trimestre 2016, la croissance avait déjà connu une forte baisse: le PIB en volume s'est en effet accru de 1,7% au lieu de 4,7% durant la même période l'année dernière.

Cette nouvelle chute est attribuable à une baisse de l’activité agricole et à un accroissement modéré des activités non agricoles, explique le HCP dans une note d’information relative à la situation économique du deuxième trimestre 2016.

Au niveau du secteur primaire, la valeur ajoutée en volume, corrigée des variations saisonnières, a enregistré une baisse de 10,2% au deuxième trimestre 2016, contre une forte croissance de 14% durant la même période de 2015, relève le HCP, précisant que cette mauvaise performance est due à la diminution aussi bien de l’activité de l’agriculture de 10,9% que de celle de la pêche de 2%, contre une hausse de 14,7% et 6,7% respectivement un an auparavant.

Concernant la valeur ajoutée du secteur secondaire, elle a enregistré un ralentissement de son rythme de croissance passant de 2,2% à 1,1% au titre du deuxième trimestre 2016, en raison de l’accroissement des valeurs ajoutées des industries de transformation de 1,9% au lieu de 4%, du bâtiment et travaux publics (+0,9% au lieu de -0,1%) et de la baisse de celles de l’industrie d’extraction (-1,2% au lieu de -6,2%), et de l’électricité et eau (-1,8% au lieu de +4,8%), indique le HCP.

La valeur ajoutée du secteur tertiaire a quant à elle progressé de 1,7% au lieu de 0,8% le même trimestre de l’année 2015, note la même source, ajoutant qu’à l’exception des hôtels et restaurants qui ont enregistré une baisse de leur valeur ajoutée de 2%, toutes les composantes de ce secteur ont dégagé des croissances positives.

La valeur ajoutée globale réalisée par l’ensemble des activités économiques a marqué, ainsi, une baisse de 0,2% au lieu d’une hausse de 2,9% le deuxième trimestre de l’année 2015.

Aux prix courants, l’accroissement du PIB s’est situé à 2,1% au lieu de 6,2%, une année auparavant. De ce fait, la hausse du niveau général des prix a été de 1,6% au lieu de 2%.

LIRE AUSSI: