Huffpost Algeria mg

Plus de 17.000 ressortissants nigériens rapatriés depuis 2014

Publication: Mis à jour:
MIGRANTS ALGERIA
Sub-Saharan women climb the stairs in a makeshift building where they live with other fellow migrants in impoverished conditions, on May 29, 2016, in the capital Algiers. In the past, Algeria was a land of emigration, millions of its citizens exiled to France, but in recent years it has become a destination country for many West Africans. Nigerians, Malians, Cameroonians, brave the horrors of the Sahara to find refuge in the largest country in Africa, as the crossing to Europe is proving to be | FAROUK BATICHE via Getty Images
Imprimer

Le ministre de l'Intérieur et des collectivités locales, Noureddine Bedoui, a fait savoir jeudi à Alger que plus de 17.000 immigrés clandestins nigériens ont été "volontairement" rapatriés. Il a annoncé le lancement prochain d'une opération de rapatriement qui concernera des ressortissants sénégalais et guinéens, rapportait hier l'APS.

Le ministre répondait à une question en séance publique du Conseil de la nation sur des dépassements enregistrés par des ressortissants africains à Bechar, ont causé récemment des altercations avec les populations locales. Il a indiqué que 17.016 ressortissants nigériens, 580 tchadiens et 550 maliens ont été rapatriés jusqu'à présent dans le cadre d'une opération lancée depuis deux ans.

1492 migrants clandestins sénégalais et 370 autres de nationalité guinéenne seront rapatriés prochainement à la demande de leur pays, a ajouté le ministre précisant que son département ministériel finalisait les procédures relatives à cette démarche.

M. Bédoui a rassuré que les ressortissants africains se trouvant sur le territoire national faisaient l'objet d'un suivi permanent par des commissions de sécurité de wilaya. "Tout individu se rendant coupable d'un acte attentatoire à l'ordre public est sanctionné dans le respect des loi", a-t-il soutenu citant les mesures prises à l'encontre des personnes impliquées dans les altercations de Bechar.

Il a fait également état de l'arrestation d'un réseau spécialisé dans la traite d'enfant dans les wilaya de Tamanrasset et dont les membres ne sont pas algériens.

"L'immigration clandestine, qui est source de préoccupation pour l'Algérie, nécessite la conjugaison des efforts aux plans régional et international pour dégager des mécanismes favorisant le développement dans les pays d'origine basée sur la mise en oeuvre de politiques efficientes plutôt que sur des aides circonstancielles", a ensuite considéré M. Bedoui.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.