Huffpost Algeria mg

"Pluies d'Or" de Mohamed Sari lauréat du prix "Escale littéraire d'Alger"

Publication: Mis à jour:
14518778_1139692959433735_1966128538_N
HuffPost Algérie
Imprimer

Le jury du prix "Escale Littéraire d’Alger" a distingué ce jeudi 29 septembre l'écrivain Mohamed Sari pour son roman "Pluies d'or", paru aux éditions Chihab.

Le prix "Escale littéraire", décerné pour la 4e année consécutive par la chaîne hôtelière française "Sofitel" du groupe Accor, a également remis le prix Coup de cœur, une mention spéciale du jury Kaddour M’Hamsadji, pour son roman "La Quatrième épouse", édité chez les éditions Casbah.

Le roman "Pluies d'or" met en scène, en 290 pages, plusieurs personnages clés en confrontant les fléaux sociaux sur plus de cinquante ans de misère sociale, de croyances, de mensonges ou encore d’extrémisme religieux qui ont façonné la société violente d’aujourd’hui, selon l’auteur.

Ce dernier n'a pas caché son agréable surprise en recevant ce prix littéraire des mains de Denis Labayle et Akli Tadjer, présidents du jury, le dédiant à ses proches mais surtout ses lecteurs.

Né en 1958 à Cherchell, Mohamed Sari est professeur d’université et traducteur de grands écrivains algériens à l’instar de Assia Djebbar, Yasmina Khadra Mohamed Dib, Anouar Benmalek Malika Mokaddem. Il est l’auteur de romans en arabe et en français, notamment "La tumeur", "La carte magique" ou encore "La pluie", outre des essais sur la critique littéraire.

Un Coup de coeur dédié à l'Union des écrivains algériens

Avec son roman "La Quatrième épouse", Kaddour M'Hamsadji complète un thème abordé dans ses œuvres "Le Silence des cendres" et "Le Rêve derrière soi". Il passe au crible "quelques aspects de la vie quotidienne de la société algérienne pendant la guerre d’Algérie (1954-1962) mais également de l’émancipation de la femme et ... de l’homme", explique son éditeur.

Kaddour M’Hamsadji a lui aussi exprimé son bonheur de recevoir le Coup de cœur du jury du prix de l'Escale littéraire d'Alger, qui "lui va droit au coeur".

Rendant hommages à sa femme et aux éditions Casbah, il a surtout dédié cette récompense à l'Union des écrivains algériens, dont il est l'un des nombreux fondateurs en 1963, avant de rendre hommage à "Kateb Yacine, Moufdi Zakaria et Mouloud Mammeri", entre autres.

sqdqs

Né en 1933 à Sour El Ghozlane, Kaddour M’Hamsadji a écrit dans tous les genres littéraires, à commencer par le théâtre, à l’exemple de "La dévoilée", avec un jugement d’Albert Camus et une préface d’Emmanuel Roblès. Il est également l’auteur de plusieurs romans, nouvelle, poésie, essai, conte, éducation et formation, émissions radiophoniques, de nombreux articles culturels dans la presse et des scénarios et dialogues pour des feuilletons de télévision.

Pour sa première édition en 2013, le Prix "Escale littéraire" avait primé les auteurs Habib Ayoub pour son roman "Le remonteur d’Horloge" édité toujours chez Barzakh et Sarah Haider pour son roman "Virgule en trombes" édité chez APIC.

La distinction a été remportée en 2014 par Kamel Daoud pour son roman “Meursault, Contre-enquête”. Leila Hamoutene à été distinguée en 2015, pour son roman "Le châle de Zeineb".

Les autres membres du jury sont Nadia Sebkhi, écrivain et directrice de la publication de L'ivrEscQ, Outoudert Abrous, directeur de la publication Liberté Algérie, Youcef Sayeh, journaliste et responsable de la rubrique Culture de la radio Chaîne III, Natacha Boussaa, comédienne et écrivain, Hervé Hamon, auteur des "Porteurs de valises" et Mélanie Matarese, journaliste.

Ce prix littéraire, qui vise à promouvoir la littérature algérienne, s'adresse à des auteurs algériens résidents en Algérie. Le lauréat du Premier prix sera récompensé de 300.000 Da, financé par des sponsors, avec une participation au salon littéraire Maghreb du livre.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.