Huffpost Maroc mg

Au Maroc, la rage tue toujours

Publication: Mis à jour:
DOG RAGE
Au Maroc, la rage tue toujours | Alamy
Imprimer

SANTÉ - Alors que l'on célèbre ce 28 septembre la journée mondiale contre la rage, l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA) vient de rappeler un chiffre inquiétant.

Selon le directeur des services vétérinaires de l'ONSSA, Abderrahman El Abrak, plus de 300 cas de rage sont enregistrés annuellement chez les animaux au Maroc, et une vingtaine de cas de décès chez l’homme ont été recensés dans le pays. La maladie touche davantage le milieu rural avec 81% des déclarations moyennes de cas de rage entre 2004 et 2010, selon l'ONSSA.

Cette maladie virale, qui touche les mammifères (notamment les chiens) et se transmet par morsure, a été éradiquée de certains pays européens comme la France, mais reste endémique dans plusieurs pays notamment en Afrique et en Asie où elle tue chaque année des dizaines de milliers de personnes.

Au Maroc, les services sanitaires et vétérinaires ont opté pour une stratégie qui s’articule autour de trois principaux axes, a souligné M. El Abrak lors d'une table ronde sur la problématique de la rage, organisée par l’ONSSA en partenariat avec l’Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II, à l’occasion de la journée mondiale contre la rage.

"Le premier axe de cette stratégie porte sur la vaccination des chiens à propriétaires", a-t-il relevé, notant que l’ONSSA organise annuellement une campagne de vaccination gratuite au profit des propriétaires de chiens, surtout dans le milieu rural, afin "d’arrêter le cycle de virus et éviter la propagation de la maladie entre les chiens".

Le deuxième axe concerne l’élimination des chiens errants, "qui sont des chiens sans propriétaires et qui peuvent véhiculer la maladie entre la population canine et aussi transmettre la rage chez l’homme", a-t-il ajouté.

Enfin, le troisième axe consiste en "la sensibilisation des citoyens, notamment en milieu rural, du danger de cette maladie", a-t-il précisé, estimant que "les habitants du monde rural doivent développer la culture d’élevage des chiens et du nombre des chiens à élever pour ne pas les jeter dans la nature".

Intervenant lors de cette table ronde, le spécialiste en épidémiologie de la direction de l’épidémiologie et de la lutte contre les maladies, Mohamed Lakranbi, a recommandé de faire de la vaccination préventive, en vaccinant au moins 70% des chiens errants et domestiques.

En septembre 2015, un enfant de quatre ans était mort dans un hôpital de Casablanca après avoir été mordu par un chien enragé dans la région de Tafraout. Selon Al Massae, l'enfant jouait dans la rue lorsqu'un chien errant atteint de la rage l'avait mordu au visage.

En 2011, un cas de rage chez un chiot provenant du Maroc et ramené en France avait été enregistré par les autorités sanitaires françaises.

LIRE AUSSI:

À lire aussi sur le HuffPost Maghreb

Close
Les 11 plus belles photos d'animaux de l'année (2016)
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction