Huffpost Algeria mg

Le pétrole perd du terrain après des déclarations iraniennes à Alger

Publication: Mis à jour:
15TH INTERNATIONAL ENERGY FORUM
The Energy Minister Headquarters in Algiers, Algeria, on 25 September 2016, where will be held from 26-28 September 2016 the 15th International Energy Forum (IEF 15). (Photo by Billal Bensalem/NurPhoto via Getty Images) | NurPhoto via Getty Images
Imprimer

Les prix du pétrole baissaient mardi en cours d'échanges européens, affaiblis par des déclarations du ministre iranien du Pétrole qui a écarté par avance tout accord de gel de production des pays producteurs lors d'une réunion mercredi à Alger.

Vers 10H00 GMT (12H00 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre valait 46,73 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 62 cents par rapport à la clôture de lundi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI) pour la même échéance diminuait de 60 cents à 45,33 dollars.

Les opérateurs suivaient avec attention les déclarations en provenance d'Alger, où les ministres du pétrole et de l'énergie des pays producteurs se trouvent pour le Forum international de l'énergie. Une réunion informelle des membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) est prévue mercredi, avec sur la table des discussions comment réduire le sur-approvisionnement d'or noir qui déprime les prix depuis plus de deux ans.

Dès mardi matin toutefois, l'Iran a prévenu qu'il n'envisageait pas un accord pour geler la production de pétrole lors de cet échange, ce qui a douché les espoirs que certains investisseurs pouvaient encore nourrir.

L'espoir qu'un gel de production de brut puisse être atteint à Alger cette semaine est déçu après que l'Arabie saoudite se soit jointe à l'Iran pour prévenir que ces discussions n'étaient que consultatives. Ce gel ne semble donc pas pour tout de suite et nous voyons par conséquent un important mouvement de vente sur le marché pétrolier, expliquait Neil Wilson, analyste chez ETX Capital.

Le ministre iranien n'a toutefois pas écarté la possibilité ultérieure d'un tel accord, disant penser au mois de novembre à ce sujet, alors qu'une réunion formelle des ministres de l'Opep est prévue à Vienne le 30 novembre.

M. Wilson jugeait que les opérateurs devraient désormais observer des manoeuvres des différents acteurs du secteur d'ici à cette réunion formelle, mais il a évoqué un progrès laissant penser qu'un gel pourrait être décidé d'ici à la fin de l'année.

Les cours, qui avaient nettement progressé lundi, faisaient de surcroît l'objet de prises de bénéfices mardi, notait Chris Todd, analyste chez Love Energy.

Au-delà de la réunion d'Alger, le marché va suivre les données hebdomadaires sur les stocks américains, attendues (mercredi) et qui devraient faire bouger les prix, prévenait-il.

Selon la prévision médiane des analystes interrogés par l'agence Bloomberg News, les réserves de brut devraient s'être étoffées de 3 millions de barils lors de la semaine close le 23 septembre.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.