Huffpost Maroc mg

Élections/Maroc: Abdelilah Benkirane lance la campagne du PJD à Rabat

Publication: Mis à jour:
ABDELILAH BENKIRANE AU STADE MOULAY ABDELLAH
DR
Imprimer

CAMPAGNE ÉLECTORALE - 20.000 personnes, selon les chiffres du parti. C'est le nombre de personnes qu'a mobilisé le Parti de la justice et du développement (PJD), lors du meeting inaugural de la campagne de la formation politique, qui s'est tenu dimanche 25 septembre au complexe Moulay Abdallah à Rabat.

Lors du meeting, le secrétaire général du Parti de la justice et du développement (PJD), Abdelilah Benkirane a livré un discours quelque peu apaisé. Certes, le secrétaire général du PJD y a adressé quelques piques à Miloudi Moukharik, secrétaire général de l'Union marocaine du travail (UMT), qui "ne gagnera rien", en s'opposant au PJD, selon Benkirane, ou encore à Salaheddine Mezouar et au Rassemblement national des indépendants (RNI), mais il n'a pas fait mention du Tahakoum, son mantra depuis quelques mois.
st
Abdelilah Benkirane a défendu le bilan du gouvernement qu’il dirige depuis 5 ans, et a promis que le PJD "poursuivra la mise en œuvre des réformes".

Si certaines d'entre elles étaient impopulaires, Benkirane s'est justifié en déclarant que "le gouvernement était dans l’obligation de prendre plusieurs mesures nécessaires et à caractère urgent", comme la réforme de la caisse de compensation, des régimes de retraite et des secteurs de l’eau et de l’électricité, en dépit de la conjoncture de crise en 2011.

Le secrétaire général s’est dit "confiant" quant aux résultats "positifs" escomptés par le PJD pour ces législatives, soulignant que ces réformes "n’ont pas entamé la popularité du parti".

Benkirane a relevé que le PJD a tenu à présenter à ces élections des candidats "soucieux de défendre les intérêts des citoyens et du pays", rappelant que la victoire de son parti aux dernières élections communales "reflète la confiance que lui témoignent les citoyens".

"Le parti de la détermination"

Benkirane a, par ailleurs, invité les citoyens à "ne pas succomber aux pressions et au chantage de l’argent", critiquant certains médias "qui ont tenté d’induire en erreur l’opinion publique au sujet du bilan du gouvernement durant les cinq dernières années".

Il a mis l’accent, dans ce cadre, sur les mesures prises par le gouvernement dans le domaine social comme le Fonds de solidarité sociale et la couverture médicale.

De son côté, le président du Conseil national du PJD, Saâd Eddine El Othmani a indiqué que le programme du parti est "très clair", précisant que le PJD "restera toujours le parti de la détermination et de la persévérance dans le contact avec les citoyens".

Saâd Eddine El Othmani a présidé un cérémonial de signature de la charte des parlementaires du parti. Préparé par le secrétariat général et le Conseil national du PJD, il engage les parlementaires élus sous les couleurs du parti à verser entre 20% et 25% de leurs indemnités au parti, à être présents aux séances parlementaires plénières et aux travaux des commissions et à déclarer leur patrimoine

El Othmani a rappelé, dans cadre, les résultats obtenus par le parti au cours des dernières élections communales et régionales et qui lui ont permis de diriger plusieurs grandes villes du royaume, "ce qui a renforcé la confiance des citoyens en les dirigeants et les instances du parti", selon lui.

L'organisation par le PJD de son meeting électoral dans la salle couverte du complexe Moulay Abdallah, et sa capacité à mobiliser des dizaines de milliers de sympathisants, s'apparente à une démonstration de force du parti de Benkirane, mais aussi à une réponse à la marche controversée qui a ciblé le PJD dimanche 18 septembre à Casablanca.

LIRE AUSSI: Mohand Laenser lance la campagne du Mouvement populaire à Fès