Huffpost Maroc mg

La préparation titanesque de Hillary Clinton pour affronter l'imprévisible Donald Trump au 1er débat de la présidentielle

Publication: Mis à jour:
HILLARY CLINTON DONALD TRUMP DEBAT
La préparation titanesque de Clinton pour affronter Trump au 1er débat de la présidentielle | avec AP
Imprimer

ÉTATS-UNIS - Les débats télévisés avant une présidentielle n'ont pas pour habitude de renverser une élection outre-Atlantique. Au cours des 25 dernières années, chaque candidat qui s'est présenté au premier débat avec une longueur d'avance dans les sondages s'est installé dans le Bureau ovale quelques semaines plus tard.

Mais la course à la Maison Blanche de 2016 n'a absolument rien d'habituel. Une femme, ancienne première dame, devenue sénatrice puis Secrétaire d'État, affronte un milliardaire, jamais engagé en politique et connu de tous à travers ses investissements immobiliers et pour être une star de la télé-réalité.

Les sondages s'étant en plus considérablement resserrés, les deux candidats -qui ont entre 2,5 à 4 points d'écart en fonction des différentes moyennes de sondages- se retrouvent maintenant souvent dans la marge d'erreur. La pression est donc à son comble lundi, la moindre phrase ou le moindre dérapage pouvant prendre une dimension imprévisible dans cette élection qui fait la part belle au spectacle.

Interdiction d'une fausse note sur le fond

On ne peut plus opposés sur leurs idées et leurs parcours, les deux candidats ont adopté une approche tout aussi différente à ce débat qui pourrait battre des records d'audience et attirer environ 100 millions de téléspectateurs. Alors que Donald Trump mise avant tout sur sa spontanéité, Hillary Clinton refuse de laisser quoi que ce soit au hasard et s'est lancée dans une préparation titanesque.

L'attente numéro un autour de sa performance sera sa capacité à corriger les approximations et les affirmations malhonnêtes dont Trump est devenu spécialiste. Forte de sa présence sur la scène politique depuis plus de 35 ans et de ses mandats de sénatrice et Secrétaire d'État, Hillary Clinton n'aura d'ailleurs tout simplement pas le droit à la fausse note sur ce point. Elle s'est donc lancée dans une longue analyse des propositions de Donald Trump, rapporte CNN, afin de trouver comment les démonter au mieux sur le vif.

Mais de l'aveu même d'un proche de la campagne démocrate, ce n'est pas sur le fond que l'on dépense pour une fois toute son énergie. "On se concentre davantage sur le style que sur la substance. [Les équipes] essaient de la préparer à affronter les différents Trump qui pourraient se montrer au débat", confie-t-on à Politico.

Anticiper les réactions de Trump

Car c'est bien là la plus grande faiblesse de Hillary Clinton face à un personnage comme Donald Trump: si une majorité d'Américains ne remettent pas en cause sa capacité à prendre la tête du pays, elle est par contre régulièrement jugée froide et distante. Une difficulté à susciter l'engouement qui s'est clairement vue face à Bernie Sanders pendant les primaires et qui pourrait devenir encore plus prégnante aux côtés du show-man républicain.

Il faudra donc faire mouche lundi soir. Et ce, quelque que soit le comportement imprévisible de Donald Trump. Comme ce dernier l'a effectivement prouvé pendant les primaires en début d'année, il sait aussi bien être sans pitié, blessant et vulgaire face à des adversaires trop sages, que capable de rester au-dessus de la mêlée pour se montrer plus présidentiel.

Différentes facettes qui compliquent sérieusement toute préparation. Hillary Clinton a donc visionné des heures de débats auxquels Trump participait pour observer au mieux ses réactions dans différents contextes. Son attention se serait particulièrement portée sur ses échanges agités avec Ted Cruz pour déterminer la façon la plus sûre de lui faire perdre son calme, rapporte CNN.

Selon le Washington Post, ses équipes se sont aussi lancées dans une étude approfondie de la personnalité du milliardaire new-yorkais pour tenter d'anticiper ses réactions. Tony Schwartz, qui a écrit pour Donald Trump son autobiographie The Art of the Deal en 1987, a notamment participé à une réunion de plusieurs heures avec Hillary Clinton pour lui partager ce qu'il avait appris du magnat de l'immobilier lors de leur coopération pour sortir ce livre.

Faire mouche sur le style

Afin de mettre en application tout ce qu'elle a retiré de cette préparation, Hillary Clinton a mis de côté sa campagne ces derniers jours et s'est cloîtrée avec ses conseillers chez elle au nord de New York pour s'entraîner lors de faux débats, aidée par des proches jouant le rôle de Trump.

Son objectif, en plus de faire craquer Trump si ce dernier se montre posé ou d'apparaître raisonnée et sûre d'elle si son adversaire adopte d'entrée de jeu un tempérament agressif, est aussi d'aller contre sa nature qui la pousse à détailler sa politique pour plutôt faire des réponses aussi courtes et compréhensibles que possible. Perdre le public avec de longs discours n'est pas une option envisageable. Le New York Times assure que la candidate continue de s'entraîner, chronomètre en main, pour ne garder que l'essentiel.

Hillary Clinton devra aussi jouer sur le même plan que Donald Trump en terme de réparties qui marquent les esprits et ne pas lui laisser le monopole du buzz. Bien que ce soit quelque chose dont elle ne raffole pas, elle a préparé avec ses équipes plusieurs piques prêtes à l'emploi, note Politico. Restera ensuite à les rendre aussi spontanées que possible pour éviter d'en perdre tout le bénéfice.

Tout cela sera-t-il suffisant pour entamer la campagne de Trump, qui ne s'essouffle pas malgré les polémiques? Réponse lundi soir. Pour le candidat républicain, l'heure ne semble en tout cas pas à l'inquiétude. "Trump se comporte comme le roi de la fac qui pense que sa dissertation écrite à la dernière minute sera incroyable parce que son nom figure en haute de la copie", s'amuse le New York Times: il n'a pas étudié bien longtemps les dossiers préparés pour lui, n'a pas voulu s'entraîner lors de faux débats et a préféré lancer des idées en l'air avec ses équipes plutôt que d'écrire des réponses noir sur blanc.

LIRE AUSSI: