Huffpost Maroc mg

Attentat de Nice: La famille de la Marocaine Fatima Charrihi rencontre le pape François

Publication: Mis à jour:
POPE FRANCIS
Le message du pape à la famille d'une Marocaine morte dans les attentats de Nice | Remo Casilli / Reuters
Imprimer

HOMMAGE - C'est un moment de recueillement qui a uni des dizaines de personnes, peu importe leur confession. Samedi 24 septembre, le pape François a reçu au Vatican les familles et les proches de 57 victimes ayant perdu la vie lors de l'attentat commis à Nice le 14 juillet, dans lequel 85 personnes sont mortes.

Parmi les familles reçues par le souverain pontife se trouvait celle de la Marocaine Fatima Charrihi, la première personne a avoir été tuée lors de ce terrible drame qui a pris place sur la Promenade des Anglais. Pour cette rencontre avec le chef de l'église catholique, ses enfants Latifa et Ali avaient fait le déplacement, accompagnés de leur cousin Saïd, un ami de la famille ainsi que leur avocat.

Interrogée par le journal local Nice-Matin, Latifa a insisté sur l'importance d'avoir voyagé à Rome pour rencontrer le pape François et de faire passer un message de fraternité: "Pour dire: “On est musulmans, d’autres ici sont catholiques ou juifs. Mais on est tous pareils. On ressent tous la même douleur quand on perd sa mère, son frère ou son enfant. Et on a tous les mêmes valeurs: le respect, la fraternité et la paix.” C’est ce qu’a dit le pape. La parole du chef des catholiques a du poids, du sens. Son discours était très réconfortant, plein de sagesse. Maman aurait été contente que nous soyons là. Elle était très pieuse, portait le voile et laissait les autres vivre leur religion comme ils l’entendaient. C’était une maman sainte mais ils nous l’ont volée…"

Fatima Charrihi était la mère de sept enfants, elle vivait à Nice depuis 32 ans. Elle était venue assister aux célébrations du 14 juillet, la fête nationale française, sur la Promenade des Anglais, célèbre avenue de Nice sur laquelle s'étaient réunies des milliers de personnes. C'est ce soir là que Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, un tueur d'origine tunisienne, est arrivé sur l'artère noire de monde au volant d'un camion pour foncer dans la foule en faisant des dizaines de victimes et des centaines de blessés. Il n'avait été arrêté qu'au bout de deux kilomètres de course par les tirs des forces de l'ordre françaises.

LIRE AUSSI: