Huffpost Algeria mg

La 3e ligne de la station de dessalement d'El Mactâa entre en service: 150.000 m3/jour de plus pour Oran

Publication: Mis à jour:
DBF3B8F2D30C226B5A7DDF9FA886481C_XL
APS
Imprimer

La wilaya d’Oran va bénéficier dans les prochains jours d’un apport de 150.000 m3 d’eau par jour avec l’entrée en service de la troisième ligne de production de la grande station de dessalement de l’eau de mer d’El Mactâa, à l’est d’Oran.

Selon le directeur local des Ressources en eau, Djelloul Terchoune, cité par APS, l’entrée en service de cette troisième ligne de production aura lieu dans les "prochains jours ". Des essais sont en cours après la fin de la construction d’un réservoir d’une capacité de 50.000 m3, implanté dans la localité d’El Araba, commune de Bethioua.

La station de dessalement, un gros investissement, devrait produire à plein régime 500 000 m3/j dont la moitié pour la wilaya d’Oran, l’autre moitié allant vers les wilayas limitrophes, en l’occurrence Mostaganem, Mascara, Tiaret et Relizane.

D’un coût de 491 millions de dollars, la station est une joint-venture la "Tahliyat Miyah El Magtâa" (TMM spa), dont 47% sont détenus par la société singapourienne Hyflux Menaspring Ltd, 43% par l'AEC (Algerian Energy Company dans laquelle on retrouve Sonatrach et Sonelgaz) et et 10% par l'ADE (L’Algérienne des eaux). La station est gérée par Homa (Hyflux Operating Maintenance Algeria) sur la base d’un contrat d’une durée de 25 ans. Elle utilise le procédé de l’osmose inverse.

"Nous poursuivons le processus de renforcement des capacités de production d’eau en quantité et qualité pour satisfaire les besoins de la wilaya en matière d’AEP d’une part et pour la consolider l’approvisionnement en eau d’autres secteurs tels que l’industrie et l’agriculture, dans le cadre d’une stratégie d’exploitation rationnelle de l’excédent de la production", a indiqué Djelloul Terchoune.

En 2014, au moment de l’inauguration de la méga-station de dessalement d’eau de mer d’El Mactâa, Chakib Bekouche, le DG de la société par actions "Tahlyat Myah El Mactaâ" (TMM) a indiqué que la station utilisait le système de l’osmose inverse « le plus propre et le plus économique qui existe dans ce type d’industrie ".

Il avait estimé le coût d’un mètre cube d’eau dessalée à 35 dinars, indique M. Bekkouche, une « évaluation calculée sur la base de la valeur du dollar en 2007 et qui était de 66 dinars. ». C’était en 2014. Depuis la valeur du dinar par rapport au dollar a encore baissé de manière sensible (autour de 110 dinars le dollar actuellement).

Les stations de dessalement font payer à l’Algérienne des Eaux (ADE) entre 50 et 60 dinars le m3. L’ADE est liée par des contrats lui faisant obligation d’acheter toutes les quantités produites.

LIRE AUSSI : L'eau produite à 50 DA le mètre cube est cédée à 6 DA: l'Algérienne des Eaux noyée par le "tarif social"

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.