Huffpost Algeria mg

L'Etat "n'abandonnera pas sa politique sociale", affirme Mounia Meslem, ministre de la Solidarité nationale

Publication: Mis à jour:
DLESECTEURNESERAPASTOUCHEPARLESMESURESDAUSTERITE7D
DR
Imprimer

L'Etat "n'abandonnera pas et ne renoncera pas" à sa politique sociale en dépit de la situation économique difficile que traverss le pays, a affirmé samedi à Alger la ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition féminine, Mounia Meslem.

Lors d'une rencontre nationale des cadres du secteur, Mme Meslem a exclu l'existence dans le projet de loi de Finances 2017 de mesures remettant en cause la politique sociale de l'Etat, notamment en matière d'aide aux catégories vulnérables et démunies.

Elle a annoncé à cette occasion le lancement prochain d'une "nouvelle stratégie de solidarité nationale en adéquation avec la conjoncture économique", basée essentiellement sur "une prise en charge optimale des catégories démunies et la consolidation de l'action de sensibilisation en matière d'accompagnement".

La ministre a indiqué que la loi de Finances 2016 n'a pas fait abstraction des engagements nationaux en matière de politique sociale. Les transferts sociaux ont connu une augmentation et la "politique de rationalisation des dépenses publiques adoptée par l'Etat n'a pas eu d'impact sur le volet social", a-t-elle indiqué.

La consécration de la protection sociale dans les législations nationales a été renforcée à la faveur du dernier amendement constitutionnel qui a vu l'introduction de nouvelles dispositions garantissant les droits des malades, des catégories démunies, des personnes aux besoins spécifiques, des femmes, des enfants et des personnes âgées.

La ministre a rappelé par ailleurs que plus de 300 responsables relevant du secteur au niveau local ont été démis de leurs fonctions pour "manquement" à leurs missions.

Cette opération a touché "près de 13 directeurs chargés de l'activité sociale au niveau de certaines wilayas et plus de 300 directeurs d'établissements spécialisés relevant du secteur au niveau local.

Concernant l'année scolaire 2016-2017, la ministre a indiqué que les structures relevant du secteur seront renforcées par 11 nouveaux établissements spécialisés au profit des enfants attardés mentaux et non-voyants. Il sera également question de généraliser les classes d'insertion des enfants atteints d'handicaps légers, les non-voyants et les handicapés moteurs dans l'enseignement classique.

La rencontre qui se tient à huis clos deux jours durant vise à évaluer les réalisations du secteur et proposer des solutions aux problèmes soulevés.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.