Huffpost Algeria mg

Change au noir dinars-euros : Un homme d'affaires Algérien condamné en France à 100.000 Euros d'amende

Publication: Mis à jour:
Imprimer
cannes general view

Cannes

Un homme d’affaires algérien, Micki Bourihane, 68 ans, a été condamné à 100 000 euros d'amende pour exercice illégal d’activité de banquier et transfert illégal de devises.

L’homme d’affaires qui est également de nationalité américaine a échangé via un intermédiaire des dinars contre la bagatelle de 3,5 millions d’euros consacré à des achats immobiliers à Cannes et en région parisienne, rapporte Nice Matin.

La cellule anti-blanchiment au ministère français du budget, Tracfin, a alerté la justice après avoir constaté l’existence de mouvement de fonds suspects sur le compte de l’homme d’affaires. L’enquête a permis de constater que ses comptes en banques ont été alimentés de 2 millions d’euros provenant de « chèques de particuliers ou des sociétés. ».

LIRE AUSSI : Un pactole de plus de 140.000 euros découvert sur un Algérien en partance pour Dubaï

L’épouse de l’homme d’affaires avait sur elle « 45 chèques pour un montant de 42 300 euros ». Si le volume des «transferts » est important, l’homme d’affaires est dans le «classique » : échanger des dinars en Algérie contre des devises à l’étranger via à un intermédiaire auquel ont recours aussi bien des particuliers que des entreprises.

L’homme d’affaires qui était absent du procès a été accusé d’exercice illégal de la profession de banquier, ce que son avocat a récusé. Pour lui, l’accusation en question s’applique à l’intermédiaire et non à son client.

Son avocat, Me Farouk Miloudi, a estimé que « dans cette opération triangulaire le vrai-faux banquier est l'intermédiaire, pas mon client. Une opération de change n'est pas condamnable par elle-même sauf si elle cache une opération de blanchiment. »

Il reste que du point de vue de la loi algérienne, l’homme d’affaires est passible de poursuites en vertu de l’Ordonnance n° 03-01 du 19 février 2003 relative à la répression de l’infraction à la législation et à la réglementation des changes et des mouvements de capitaux de et vers l’étranger. Et selon la loi Algérienne, il risque une peine de 2 à 7 ans de prison.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.