Huffpost Maroc mg

Le Maroc réagit à la validation de l'élection d'Ali Bongo à la tête du Gabon

Publication: Mis à jour:
ALI BONGO
Gabon President Ali Bongo Ondimba speaks during an interview in Libreville, Gabon, May 22, 2014. REUTERS/Emma Farge/File Photo | Reuters Staff/Reuters
Imprimer

INTERNATIONAL - Dans la nuit du 23 au 24 septembre, peu après minuit, la Cour constitutionnelle gabonaise a prononcé son verdict. L’institution a validé la réélection contestée du président Ali Bongo à la tête de la république. Le ministère marocain des Affaires étrangères et de la coopération n’a pas tardé à réagir à cette annonce.

Le royaume du Maroc prend acte de la décision rendue vendredi par la Cour constitutionnelle de la république gabonaise, validant la réélection du président Ali Bango Odimba, a indiqué samedi 24 septembre le département de Salaheddine Mezouar dans un communiqué.

"Prévaloir les intérêts supérieurs de la nation"

“Cette importante décision conclut le processus d’élection présidentielle dans ce pays africain frère”, souligne la même source, qui rappelle “les liens exceptionnels” entre le Maroc et le Gabon. Le ministère des Affaires étrangères appelle également “l’ensemble des protagonistes à respecter cette décision émanant de la plus haute juridiction du Gabon et à faire prévaloir les intérêts supérieurs de la nation, sa stabilité et la prospérité de son peuple”.

Le Maroc s’est déjà prononcé au sujet des élections présidentielles au Gabon, un jour après que l’opposant Jean Ping, principal rival d’Ali Bongo, a déposé un recours devant la Cour constitutionnel du Gabon. Loin de prendre clairement position pour l'un ou l'autre candidat, le Maroc avait néanmoins adressé une charge frontale à Jean Ping, en estimant que "les appels à la violence lancés par certains candidats (…) n’ont pas leur place dans un processus démocratique", et que de tels appels "ne sont pas compatibles avec l’expression démocratique et le respect de l’Etat de droit et témoignent d’une attitude de nervosité et de fébrilité incompatibles avec l’exercice démocratique".

Des élections contestées

Suite aux élections présidentielles du 27 août, qui ont vu la réélection de Ali Bongo Ondimba, le candidat de l'opposition Jean Ping a contesté les résultats des scrutins, et a appelé au recomptage des voix.
Jeudi 8 septembre, quelques minutes seulement avant la fin du délai légal, Jean Ping a déposé un recours devant la Cour constitutionnelle afin de contester le résultat de la présidentielle du 27 août, et a appelé les juges à choisir entre la stabilité, en validant ce qu'il considère comme une "victoire qui lui a été volée", et l’instabilité du Gabon, en entérinant la réélection de Ali Bongo.

LIRE AUSSI: