Huffpost Algeria mg

Affaire Cnan: 8 à 10 ans de prison ferme requis contre deux ex-PDG de la compagnie

Publication: Mis à jour:
CNAN MED
DR
Imprimer

Des peines de 8 à 10 ans de prison ferme assorties d'une amende d'un million de dinars ont été requises jeudi 22 septembre 2016 par le procureur du tribunal d'Alger contre Ali Boumbar et Ali Koudil, tous deux anciens P-DG de la CNAN, pour les chefs d’inculpation de "violation de la réglementation des marchés publics, "transfert illicite de devises", "dilapidation de deniers publics", "négligence flagrante ayant causé un grave préjudice", "abus de fonction" et "conflit d’intérêt", entre autres.

L'homme d'affaires saoudien Gaith Rashed Pharaon et Mohamed Tahar Djoudi, considéré en état de fuite, font de leur côté l'objet d'un mandat d'arrêt. Le verdict sera connu mercredi prochain, rapporte ce samedi 24 septembre le quotidien El Watan.

L'affaire remonte à 2002 et 21 cadres sont impliquées pour plusieurs chefs d'inculpation, dont ''la dilapidation des deniers publics'', ''corruption'', ''trafic d'influence'', ''violation de la réglementation relative aux mouvements de capitaux de et vers l'étranger''.

Le principal accusé dans cette affaire, Ali Boumbar, ex-directeur général de CNAN Group, est accusé de plusieurs dépassements alors qu'il était en poste, dont celui "d'avoir bradé 10 navires appartenant à la flotte de la compagnie et à sa richesse, accumulée durant plus de 40 ans et ce dans le cadre d'une privatisation".

Il s'agit notamment "d'affrètement des navires dans des conditions suspicieuses, loin de toute transparence" et "la cession des 8 navires de la filiale IBC à Ghaith Pharaon, la vente de 779 containers de la compagnie, la vente à un prix dérisoire des biens mobiliers et des équipements de la succursale de Marseille à la société Navimed".

L'ordonnance de renvoi du procès pointait ainsi du doigt la gestion de la compagnie et de sa flotte, en soulignant "de graves dysfonctionnements dans les lourdes factures suspicieuses des arrêts techniques des navires, du transfert douteux de ces derniers vers les chantiers navals étrangers, la cession des bateaux à des prix en deçà de leur valeur et surtout la cession des huit navires à l’homme d’affaires saoudien Ghaith Pharaon".

Le procureur du tribunal d'Alger a ainsi requis 10 ans de prison ferme contre Ali Boumbar et 8 ans de prison ferme contre Ali Koudil, assorties d'amendes d'un millions de dinars, rapportait El Watan, qui précise que le verdict sera prononcé mercredi prochain.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.