Huffpost Maroc mg

Fausse polémique sur la réforme des manuels d'éducation islamique au Maroc

Publication: Mis à jour:
Imprimer

ENSEIGNEMENT ISLAMIQUE - Depuis 24 heures, les internautes s’enflamment autour de supposées photos représentant les réformes menées par le ministère de l’Education nationale des manuels d’éducation islamique. Dans les images partagées en masse, on remarque la suppression de références religieuses sur plusieurs pages d’un manuel ou encore de versets coraniques intégrés dans des cours auparavant.

Sauf qu’une simple recherche sur Internet permet de se rendre compte que les manuels comparés avant et après la réforme sont ceux de… la Jordanie. En effet, le royaume jordanien a également mené une réforme de ses manuels scolaires à la rentrée 2016. Un changement qui vise à amoindrir les références religieuses dans les manuels en les remplaçant avec des principes relatifs à l’éducation civique.

L’exemple le plus éloquent et certainement le plus partagé sur les réseaux sociaux reste celui de la biographie du voyageur marocain Ibn Battuta, repris dans les manuels jordaniens. Alors que la version 2015 du manuel scolaire expliquait que le voyageur avait “appris le coran et étudié les sciences islamiques”, la réforme a supprimé cette partie du texte, en insistant sur le fait qu’il “était avide de voyage et de découverte”.

La réforme des manuels scolaires, qui scandalise certains internautes marocains, ne fait également pas l’unanimité en Jordanie où des syndicats des enseignants ont protesté contre les nouvelles versions des manuels “qui éloignent les étudiants de la religion”. Des critiques qui ont poussé le ministère jordanien de l’Education nationale à s’exprimer dans un communiqué.

“Les différentes critiques publiées sur Internet sont une tentative d’induire en erreur l’opinion publique. (…) le but des nouveaux manuels est de faire évoluer les capacités d’analyse chez les étudiants et de s’éloigner au maximum de l’apprentissage, tout en se concentrant sur les valeurs et la civilisation islamiques.”

Au Maroc aussi, le ministère de l’Education nationale s’est exprimé dans un communiqué, mais au sujet de supposées erreurs dans des versets coraniques présents dans le programme de la première année de l’enseignement primaire. “Cette matière n’est même pas enseignée à ce niveau. Le ministère de l’Education nationale n’a dans ce sens approuvé aucun de ces manuels présents dans les librairies.”

LIRE AUSSI: