Huffpost Maroc mg

Ilyas El Omari promet de rétablir les appels via VoIP

Publication: Mis à jour:
ILYAS OMARI
Ilyas el Omari, Vice Secretary General of the Party of Authenticity and Modernity (PAM) speaks during a press conference following the results from Moroccan municipal and regional elections on September 5, 2015 in Rabat. Morocco's Islamists came first in regional elections seen as a test of their popularity after nearly four years in power, but trailed the liberal opposition in municipal polls, results showed. The PAM, a liberal opposition party founded by a politician close to the king, came se | FADEL SENNA/AFP
Imprimer

CAMPAGNE ÉLECTORALE - Tous les moyens sont bons pour séduire les jeunes électeurs, et le Parti de l’authenticité et de la modernité (PAM) l’a compris. Lors d’une conférence qui s’est tenue ce vendredi 23 septembre à l’hôtel Golden Tulip Farah à Casablanca, le secrétaire général du PAM a déclaré que son parti comptait inclure à son programme électoral “le rétablissement des appels via VoIP”, bloqués depuis bientôt neuf mois sur une décision de l'Agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT).

Ilyas El Omari a également assuré qu’il souhaitait “plancher sur la modification de la loi régissant l'ANRT afin qu’elle soit plus transparente et qu’elle soit apte à prendre des décisions en harmonie avec les intérêts des citoyens et citoyennes”.

Début juin, un décret portant sur “les procédures à suivre concernant les litiges, les pratiques anticoncurrentielles et les opérations de concentration économique” a été publié au Bulletin officiel.

Au moment où la légalité de la décision d’interdire les communication téléphoniques via VoIP était fortement discutée, ce texte est venu entériner le blocage de cette technologie au Maroc qui amputait plusieurs applications comme WhatsApp, Skype, Facebook, Snapchat ou encore Viber de leurs services d’appels gratuits sur le territoire national.

Ce décret a donc donné le pouvoir à la l'ANRT d’”approuver les engagements pris par les entreprises ou les instances”, engagements qui seraient de nature à mettre fin aux pratiques anticoncurrentielles. Et c’est justement ce prétexte qui a été invoqué par le gendarme des télécoms pour justifier sa décision.

LIRE AUSSI: