Huffpost Maroc mg

A Casablanca, une femme qui venait d'accoucher s'est fait voler son bébé

Publication: Mis à jour:
HOPITAL ENFANTS CASABLANCA
A Casablanca, une femme qui venait d'accoucher s'est fait voler son bébé |
Imprimer

DRAME - C'est une affaire sordide qui vient de se passer à Casablanca. Un nouveau-né a disparu après que sa famille a été victime mercredi d'une escroquerie, a annoncé la direction de l'hôpital d'enfants Abderrahim El Harouchi.

Une femme avait été admise lundi à la maternité où elle a donné naissance à une fille, mardi à 00h40. La grand-mère du nouveau-né, citée par le communiqué, a déclaré qu'après l'achèvement des démarches nécessaires pour la sortie de la maman et de son enfant, et alors que la famille venait de quitter la maternité, mercredi, une femme dont l'identité est inconnue l'a entraînée au jardin de l'hôpital, lui faisant croire que des analyses doivent être effectuées et lui demandant de lui remettre le nourrisson et de revenir à la maternité.

La grand-mère du nourrisson a ajouté qu'elle a obtempéré sans hésitation et confié le bébé à cette femme, mais lorsqu'elle est revenue au même endroit, elle a été choquée par la disparition de la femme en question et du nourrisson, et la famille s'est rendue alors compte qu'elle a été victime d'une escroquerie.

Dès qu'elle a pris connaissance de l'incident, la direction de l'hôpital a alerté les services de sécurité qui se sont rendus sur place pour entamer les investigations, souligne la même source, ajoutant que l'enquête est en cours sur cette affaire.

25.000 enfants vendus à des Européens

En avril dernier, la police de Kénitra avait arrêté une femme soupçonnée de trafic de bébés entre le Maroc et la France. En décembre 2015, 3 femmes dont une infirmière avaient été arrêtées à Essaouira pour enlèvement et trafic de nourrissons.

Mais l'affaire de trafic humain la plus scandaleuse remonte à avril 2013. A l'époque, un rapport d’enquête de l’Association du Rif pour les droits de l’Homme faisait état d'un scandale de trafic de bébés. Selon les chiffres avancés par l’association, 25.000 enfants ont été vendus à des Européens, notamment en Espagne depuis le milieu des années 70.

Le Maroc doit lutter davantage contre ce phénomène

Dans son rapport sur la traite moderne des humains dans le monde, rendu public en juillet 2016, le Département d'Etat américain plaçait le Maroc parmi les pays ne respectant pas les normes internationales de lutte contre ce phénomène.

Pourtant, le royaume avait adopté un mois plus tôt un projet de loi relatif à la lutte contre la traite des êtres humains dont l'objectif est d'adapter la législation nationale à celles internationales en relation notamment avec les protocoles relatifs à la lutte contre la traite des êtres humains.

LIRE AUSSI: Le Maroc adopte le projet de loi relatif à la lutte contre la traite des êtres humains