Huffpost Algeria mg

Les membres de l'Organe de lutte contre la corruption prêtent serment

Publication: Mis à jour:
BRIBERY
backhander of money to man. | GSO Images via Getty Images
Imprimer

Le président et les membres de l'Organe national de prévention et de lutte contre la corruption (ONPLCC) ont prêté serment ce jeudi 22 septembre 2016 à la Cour d'Alger.

Le président de l'ONPLCC, Mohamed Sebaibi, et ses six autres membres, Khadidja Meslem, Maya Sahli, Abdeldjalil Kassoussi, Nabila Boukhoubza, éps Allam, Abdelmalek Yacoubi et Abdelkrim Bali, ont prêté serment à la Cour d'Alger en présence de plusieurs hauts responsables.

L'Organe national de prévention et de lutte contre la corruption, dont les membres ont été nommés récemment par le président Abdelaziz Bouteflika, a pour mission principale" de proposer et de contribuer à animer une politique globale de prévention de la corruption".

L'article 202 de la Constitution stipule qu'"il est institué un Organe national de prévention et de lutte contre la corruption, autorité administrative indépendante placée auprès du Président de la République et jouissant de l'autonomie administrative et financière".

Selon le même article, "l'indépendance de l'Organe est notamment garantie par la prestation de serment de ses membres et fonctionnaires, ainsi que par la protection qui leur est assurée contre toute forme de pression ou d'intimidation, de menaces, outrages, injures ou attaques de quelque nature que ce soit, dont ils peuvent être l'objet à l'occasion de leur mission".

Les missions de cet organe sont définies, pour leur part, dans l'article 203 de la Constitution qui précise qu'il est chargé notamment "de proposer et de contribuer à animer une politique globale de prévention de la corruption, consacrant les principes de l'Etat de droit et reflétant l'intégrité, la transparence ainsi que la responsabilité dans la gestion des biens et des deniers publics".

L'ONPLCC adresse au Président de la République un rapport annuel d'évaluation de ses activités liées à la prévention et à la lutte contre la corruption, mentionnant les insuffisances qu'il a relevées en la matière et des recommandations proposées, le cas échéant.

LIRE AUSSI: Corruption en Algérie et au Canada: La gouvernance démocratique, l'antidote

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.