Huffpost Maroc mg

Une rentrée marquée par le changement climatique pour l'Institut français au Maroc

Publication: Mis à jour:
UNNAMED
Une rentrée marquée par le changement climatique pour l'Institut français au Maroc | Institut français
Imprimer

CULTURE - C’est la rentrée. L’occasion pour l’Institut français de communiquer sur sa programmation du dernier trimestre de l’année 2016. Sous le signe “Changer de dimension”, l’automne de l’Institut français sera marqué par la thématique de la saison, à savoir les changements climatiques. “Pour cette fin d’année, nous miserons sur plusieurs événements culturels et artistiques, mais surtout sur des débat d’idées consacrés aux questions d’aujourd’hui, comme le changement climatique”, explique au HuffPost Maroc Jean-Marc Berthon, directeur général de l’Institut français du Maroc.

En novembre 2016, la Conférence des Nations unies sur le climat se tiendra à Marrakech, l’occasion pour l’Institut français d’accompagner cet événement à sa manière, en organisant des événements annexes censés sensibiliser le public à l’impact des changements climatiques. “Après la réussite de la COP21 à Paris, nous souhaitons que la COP22 à Marrakech soit un succès. Et cela passera notamment par une prise de conscience générale de l’opinion publique et de la société civile”, indique notre interlocuteur.

Une journée sur le climat à Rabat

Le 1er octobre aura donc lieu une journée sur le climat à Rabat, précisément à la Bibliothèque nationale du royaume du Maroc (BNRM). “Pour cette journée, il y aura un grand débat où plusieurs acteurs de la société civile engagés sur la question du changement climatique exprimeront leurs idées”, précise Jean-Marc Berthon. Dans le détail, sont conviés Driss El Yazami, le président du Conseil national des droits de l’Homme, également en charge de la société civile pour la COP22, l’ambassadeur de France au Maroc Jean-François Girault, Brice Lalonde, ancien ministre français de l’Environnement et Manuel Pulgar-Vidal, ancien ministre de l’Environnement du Pérou et président de la COP20.

Côté artistique, seront remis les prix pour le concours “Ana Maghribia”, durant lequel les participants sont appelés à tourner leur propre film amateur sur l’environnement. Cette journée sur le climat sera aussi l’occasion pour le cinéaste Kamal Hachkar de dévoiler pour la première fois son film “Femmes et climat”. En clôture, le public pourra assister à la projection du film “Demain”, documentaire français réalisé par Cyril Dion et Mélanie Laurent, qui se penche sur des “initiatives citoyennes pour combattre les crises écologiques".

Le climat dans l'espace public

Ensuite, le climat sera exposé aux voyageurs casablancais à travers l’exposition “Climat, l’expo à 360°” qui se tiendra à… la gare de Casa Port du 17 au 30 octobre. “L’enjeu pour nous était de trouver un lieu de grande affluence. Casa Events nous a proposé la gare, où des centaines de gens au moins passent quotidiennement”, explique le DG de l’Institut français du Maroc. Au programme donc, un événement sur les grandes questions de l’environnement à la veille de la COP22. “Il s’agira essentiellement de présenter les faits de manière artistique mais aussi de proposer des solutions pour atténuer les effets du changement climatique ainsi que des propositions pour adapter les sociétés à ces conséquences.”

Deux jours avant le vernissage de l’exposition ferroviaire se tiendra le Forum euro-méditerranéen des jeunes leaders, les 15 et 16 octobre à Essaouira. Il sera question d’exclusion sociale et territoriale, des phénomènes de radicalisation, d’immigration mais aussi (et surtout) des changements climatiques. “Une table ronde est prévue sur la question. Celle-ci devrait être animée par des acteurs de la société civile mais aussi des responsables politiques engagés sur la question”, explique une responsable au sein de l’Institut français.

La COP s'invite au théâtre

Enfin, le 8 novembre à Marrakech et le 10 novembre à Casablanca, le changement climatique sera présenté au public de l’Institut français sous l’angle du théâtre. Dans “Kyoto Forever 2”, du dramaturge Frédéric Ferrer, il sera question d’un scénario futuriste où des négociateurs des Etats-Unis, de la Chine, de l’Union européenne, du Brésil, de l’Iran, de la Russie et du Congo se rencontreront à l’Ile Maurice, pour une conférence préparatoire à la COP de Shanghaï, pour discuter le texte qui sera présenté lors de cette conférence sur le climat. “Cette pièce use de la rigueur journalistique et de l’humour pour mettre en scène des faits et citations véridiques”, mais sous un angle où l’on rit du futur, avec beaucoup de lucidité.

LIRE AUSSI: François Hollande: "La COP22 à Marrakech sera celle des solutions"

Close
La centrale Noor en 10 images
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée