Huffpost Tunisie mg

Petrofac plie bagages: Le gouvernement trouvera-t-il une sortie de crise?

Publication: Mis à jour:
PETROFAC
Facebook
Imprimer

ECONOMIE- La société pétrolière tuniso-britannique de prospection et d’exploitation énergétique Petrofac, quitte définitivement la Tunisie après avoir cessé ses activités mardi 20 septembre, a affirmé une source du ministère de l'Energie et des Mines au Huffpost Tunisie.

Le chef du gouvernement d'Union nationale Youssef Chahed a présidé, dans ce cadre, mercredi 21 septembre, une réunion de la cellule de crise en charge du dossier avec la participation du ministre des Affaires Sociales, du ministre de la défense et de la ministre de l'Energie et des mines.

De son côté, Mohamed Akrout, PDG de l'ETAP a déclaré à Shems Fm que Petrofac a procédé au licenciement de 250 employés en soulignant que la société avait accepté les solutions proposées par le convoi ministériel. Cependant, les protestataires ont rejeté les solutions en question.

Et d'ajouter: "Petrofac pourrait se rétracter si la convention avec la présidence du Gouvernement et l'UGTT est signée".

Par ailleurs, le PDG de Petrofac, Imed Derouich, a refusé de donner une quelconque déclaration en faisant savoir au Huffpost Tunisie via son assistante que "la société mère fera le nécessaire pour communiquer depuis Londres"

L'UGTT se défend

Sami Tahri, Secrétaire Général adjoint de l'UGTT a, quant à lui, déclaré sur les ondes de Shems fm que dans cette affaire le syndicat n'a été qu'un simple médiateur et qu'il n'est pas responsable de la fermeture de Petrofac contrairement à ce qu'ont rapporté certains médias, selon ses dires.

"L'UGTT ne cautionne pas les revendications des chômeurs de la région mais, il est responsable seulement des revendications des employés" a-t-il précisé.

Mardi, Tahri déclarait sur les ondes de Mosaique Fm que la décision prise par Petrofac de plier bagages et de remercier ses employés est une sorte de" fuite". Selon lui, les négociations auraient pu continuer.

Et d 'ajouter: "Petrofac et les anciens gouvernements sont responsables de la crise"

L'affaire monopolise l'opinion publique

Le dossier Petrofac est suivi de près par les internautes tunisiens. Nombreux sont ceux qui se disent inquiets du départ de ladite société. Des entrepreneurs notamment, ont commenté cette fermeture:

Fin de l'ultimatum

Pour revenir aux faits, Petrofac avait menacé la semaine dernière de quitter l'île de Kerkennah si les autorités n'interviennent pas pour mettre fin au sit-in d'habitants protestataires de la région.

Réuni le 8 septembre, le Conseil d’administration de Petrofac avait en effet décidé d’arrêter ses activités à l’île de Kerkennah (gouvernorat de Sfax) le 20 septembre courant, suite aux protestations sociales répétées.

Il ne s'agit pas de la première crise que connait Petrofac. Un accord avait été conclu, jeudi 16 avril 2015, permettant la poursuite des activités et ce à la suite de l’engagement de l’administration de la société à fournir une indemnité de soutien au profit de 266 employés de la société, selon un communiqué rendu public, à l'époque, par le ministère des Affaires sociales. A ce jour, les tentatives de sauvetage semblent être épuisées.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.