Huffpost Maroc mg

François Hollande: "La COP22 à Marrakech sera celle des solutions"

Publication: Mis à jour:
FRANCOIS HOLLANDE
Le président français François Hollande à l'Assemblée générale de l'ONU, New York, 20 septembre 2016 | Mike Segar / Reuters
Imprimer

CLIMAT - Près d'un an après l'adoption de l'Accord de Paris sur le climat, la France entend bien se poser en partenaire privilégié du Maroc dans l'organisation de la 22e Conférence des Nations Unies sur le Climat (COP22), qui se tiendra en novembre prochain à Marrakech.

Mardi 20 septembre, à la tribune des Nations Unies, le président français François Hollande a évoqué les enjeux de la COP22, l'urgence de mettre en oeuvre au plus vite l'Accord de Paris, ainsi que les défis auxquels fait face l'Afrique pour son électrification.

"La COP21 a été la conférence des décisions. La COP22 à Marrakech sera celle des solutions. II s'agit de l'alliance solaire internationale, de la lutte contre la désertification, de la protection les océans et de la définition d'un prix du carbone", a affirmé le président français qui s’exprimait dans le cadre du débat général de l’assemblée générale de l’ONU, réitérant, lors d’une conférence de presse juste après son intervention, "le caractère pratique et concret de la COP22". "Nous avons toute confiance en l'organisation par le Maroc de la COP22", a-t-il ajouté, selon l'agence officielle MAP.

François Hollande a été le premier chef d'Etat à avoir annoncé qu'il viendrait à la COP22, lors d'un entretien avec le roi Mohammed VI le 1er août. Une semaine après, il a reçu à l'Elysée le ministre des Affaires étrangères et président de la COP22, Salaheddine Mezouar, pour évoquer l'état d'avancement des engagements et des projets qui ont été annoncés lors de la conférence de Paris.

Le chef de l’Etat français a exhorté la communauté internationale à veiller à mettre en œuvre le plus vite possible l'Accord de Paris qui officialise l’"engagement de réduire le réchauffement climatique et de mobiliser des financements permettant aux pays les plus vulnérables d’assurer la transition énergétique".

"Il n’y a pas de temps à perdre" face aux effets des changements climatiques de plus en plus perceptibles", a-t-il dit, rappelant que les deux années qui viennent de s’écouler sont les plus chaudes qu’avait connues l’humanité depuis le lancement des relevés des températures.

L'Accord de Paris a été conclu en décembre dernier dans la capitale française, à l'issue de la COP21. Celui-ci doit néanmoins être ratifié par au moins 55 pays représentant au moins 55% des émissions mondiales de gaz à effets de serre pour pouvoir entrer en vigueur. 60 pays ont à ce jour déposé leurs instruments de ratification, dépassant ainsi les 55 requis pour l'entrée en vigueur de l'Accord.

Généraliser l'électricité en Afrique

François Hollande a, par ailleurs, lancé un appel pour le développement de l’Afrique, "un continent plein de promesses mais menacé par le réchauffement, les migrations, les conflits, le terrorisme".

Le président français a ainsi proposé un "Agenda 2020" pour le continent, qui doit selon lui permettre d’assurer à tous les Africains d'accéder à l'électricité et de répondre aux besoins de 15% de la population mondiale.

Le débat général de l’Assemblée générale s’est ouvert mardi avec la participation des chefs d’Etat, de gouvernement et de délégation des 193 Etats membres de l’ONU, dont le Maroc.

Lors de ce débat, qui se poursuivra jusqu’à lundi prochain, quelque 86 chefs d’Etat déclineront, tour à tour, la vision de leurs pays au sujet des questions qui retiennent l'attention de la communauté internationale, notamment le développement, le climat et le terrorisme.

LIRE AUSSI: Climat: Le Maroc ratifiera l'accord de Paris le 21 septembre

À lire aussi sur le HuffPost Maghreb

Close
La centrale Noor en 10 images
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction