Huffpost Maroc mg

Pourquoi ces Iraniennes se prennent en photo avec leur vélo

Publication: Mis à jour:
VELO IRAN FEMMES
Cette sportive iranienne ne veut pour rien au monde qu'on lui interdise de faire du vélo. | My Stealthy Freedom
Imprimer

INTERNATIONAL - Des photos contre une fatwa. Pour se défendre d'une nouvelle interdiction faite aux femmes, celle de rouler en vélo, les Iraniennes répondent avec des photos d'elles chevauchant fièrement leur destrier.

La fatwa a été émise par le leader religieux Ali Khamenei le 10 septembre. Selon l'agence de presse Iran News Update, dirigée par l'opposition iranienne en exil, il a déclaré auprès d'un média d'Etat: "Faire du vélo attire l'attention des hommes et expose la société à la corruption, et surtout cela contrevient à la chasteté des femmes, il faut l'abandonner."

Depuis, l'association féministe militante My Stealthy Freedom dont la fondatrice, Masih Alinejad, vit en Europe, rassemble les photos d'Iraniennes à vélo, envoyées par les femmes elles-mêmes, pour les poster sur son compte Instagram. Chacune des photos publiées récolte près de 10.000 likes.


#LesIraniennesadorentlevélo Je suis une sportive. Et, j'ai toujours essayé de travailler en Iran, dans le plus de liberté possible. Cette photo a été prise sur l'île de Quesme (sud de l'Iran, sur la côte...).


"Afin de vivre une vie ordinaire, moi, en tant que femme, je dois m'engager dans une "guerre" quotidienne. Suis-je une criminelle parce que j'aime la vie et le vélo? Gardez en tête que nous pouvons atteindre la victoire en luttant inlassablement [pour nos droits]. Vivez en paix et respectez les droits des autres."


"Mon mari et moi, on ne va pas abandonner à cause d'une fatwa."

L'association a également posté cette vidéo de deux Iraniennes en Islande, qui après avoir entendu l'énoncé de la fatwa sont allées spontanément louer des vélos et se filmer. Elles disent en substance qu'elles sont de Téhéran, que faire du vélo fait partie de leur vie. "C'est notre droit absolu, nous ne l'abandonnerons pas", proclament-elles.

Cette interdiction vient en renfort des autorités de la ville de Marivan, dans le Nord-ouest, qui ont interdit le vélo aux femmes (sauf dans un parc fermé et à l'abri des regards). Fin juillet, un groupe de femmes avaient été arrêtées. Avant d'être relâchées, elles ont été obligées de signer un document sur lequel était écrit qu'elles s'engageaient à "ne plus faire de vélo dans un lieu public".

Début août, des milliers d'habitants de Marivan avaient défilé avec leurs vélos à côté d'eux pour protester contre cette interdiction. Ce à quoi l'imam de la ville a répondu que les femmes à vélo était une pratique contraire à l'islam.

Depuis l'élection de Rohani à la tête de l'Iran, les droits des femmes n'ont eu de cesse de s'amenuiser, comme le constate le dernier rapport d'Amnesty International. 7000 agents de "police morale" ont été introduits dans la rue depuis avril 2016, dont l'un des seuls objectifs est de vérifier la tenue des femmes.