Huffpost Maroc mg

Elections au Maroc: Les détails du programme électoral du PJD

Publication: Mis à jour:
BENKIRANE
Benkirane: "Le PJD va remporter les élections inchallah" | AIC PRESS
Imprimer

ÉLECTIONS - "Notre voix, notre opportunité pour poursuivre la réforme". C'est le slogan choisi par le Parti de la justice et du développement (PJD) pour faire campagne lors des élections législatives. A trois semaines du scrutin, le parti "islamiste" à la tête du gouvernement depuis maintenant cinq ans a présenté ce lundi matin, lors d'une conférence de presse tenue dans son siège à Rabat, son programme électoral avec lequel il espère remporter un second mandat.

L'ambition du parti n'a d'ailleurs pas été cachée par son chef de file, Abdelilah Benkirane. "Le PJD va remporter les élections... inchallah", a-t-il lancé aux journalistes présents.

"En toute franchise, ce ne sont ni les circonstances, ni le parti, encore moins le même homme de 2011 que vous avez devant vous aujourd'hui, en 2016. Pour celui qui est entré au gouvernement et y est resté pendant cinq ans, la réalité le rend plus à même de connaître les contraintes du terrain. Il y a certes des difficultés, mais il y a aussi des opportunités", a estimé le chef du gouvernement.

Le "référentiel islamique"

Pour ce faire, le parti de la lampe entend poursuivre "les réformes entamées" depuis son entrée au gouvernement en 2011, tout en restant attaché à son "référentiel islamique".

Selon Abdelghni Lakhdar, conseiller économique de Benkirane qui a présenté les principaux axes du programme électoral du parti, celui-ci "ne signifie pas qu’il incarne le monopole de l’islam, mais qu’il s’inspire de son capital moral, des valeurs et des grandes finalités de ce référentiel".

"Le parti se proclame d’une compréhension modérée de l’islam et son référentiel islamique implique son ouverture sur les autres référentiels, dans le respect des règles et dispositions constitutionnelles", a-t-il précisé.

Avant d'élaborer le programme du PJD, le parti a lancé sur son site une consultation publique à travers laquelle il a reçu "plus de 200 suggestions", selon Lakhdar. Il a également pris en compte les recommandations et conclusions des rapports analytiques et prospectifs, nationaux et internationaux qui se sont intéressés au Maroc.

Renouveler le modèle de développement

Le PJD a ainsi fait du renouvellement du modèle de développement l'axe principal de son programme, le tout "selon une vision stratégique globale et intégrée" a fait savoir le parti.

"Malgré une croissance remarquable, les taux de croissance sont toujours faibles", a relevé Lakhdar.

Cinq principaux objectifs ont été dessinés dans ce sens par le parti. Il s'agit en l'occurence de "consolider la transition vers de nouvelles sources de croissance et de renforcer la compétitivité de l’économie nationale", de "valoriser le capital humain et préserver la dignité du citoyen afin de relever les défis du développement", d'"affermir la justice sociale et territoriale", de "consacrer la bonne gouvernance à travers l’accélération des réformes" et enfin de "consolider le rayonnement international du Maroc".

Au total, le PJD a listé 310 propositions de mesures "réalistes" selon lui. Parmi elles, il y a toute une partie consacrée au développement durable qui promet notamment l'élaboration d’une "stratégie intégrée de l’eau" à l’horizon 2050, la mise en place de "mécanismes de subvention de l’utilisation des énergies renouvelables par les citoyens et les entreprises"; ou encore la "mise en œuvre de la Stratégie nationale de développement durable" déjà existante.

La lutte contre la pauvreté, l'analphabétisme et la corruption, la mise à niveau de l’infrastructure et la qualité des centres hospitaliers et de soins, l'emploi des jeunes ou encore la bonne gouvernance refont également surface dans le programme du PJD.

Aucune alliance possible avec le PAM

Sur le plan politique, le PJD écarte toute possibilité d'alliance avec le Parti authenticité et modernité (PAM), son principal adversaire.

"Une alliance entre le PJD et le PAM n'est pas possible. C'est un parti qui nous a assez dénigrés et critiqués. Un seul gouvernement ne peut pas nous unir. S'il vient à être élu et à entrer au gouvernement, on se placera alors dans l'opposition", a souligné Benkirane.

Il faut dire que le PAM n'a pas encore présenté son programme définitif pour le scrutin du 7 octobre prochain. Le parti dirigé par Ilyas El Omari a simplement publié, le 5 septembre, un "projet de programme" sur son site web. Le Parti de l'Istiqlal (PI) de son côté, l'a fait la semaine dernière. Idem pour le Rassemblement national des indépendants (RNI) et l'Union socialiste des forces populaires (USFP). L'Union constitutionnelle (UC), le Mouvement populaire (MP) et le Parti du progrès et du socialisme (PPS) devraient suivre sous peu.

L'élaboration du programme du parti a démarré il y a plusieurs mois. Selon les déclarations accordées au HuffPost Maroc par Abdelhak El Arabi, directeur général du parti et président de la commission centrale des élections au PJD, le Parti de la justice et du développement a créé des commissions sectorielles et de groupes de travail qui ont été chargées de la préparation de propositions concrètes, dûment budgétisées, avec des délais de réalisation fixés. Ces commissions ont inclus aussi bien des membres du parti que des experts non-affiliés au PJD.

LIRE AUSSI: