Huffpost Algeria mg

Le pétrole rebondit, la production libyenne menacée par des affrontements

Publication: Mis à jour:
LIBYA
A picture shows silos at the Zueitina oil terminal on September 14, 2016.Forces opposed to Libya's unity government handed management of four vital oil ports to the National Oil Company on September 14, after seizing them in a blow to fragile peace efforts. Prime minister-designate Fayez al-Sarraj called for urgent talks after the ports were captured by forces loyal to Field Marshal Khalifa Haftar, who supports a rival administration in the country's east. / AFP / Abdullah DOMA (Photo cre | ABDULLAH DOMA via Getty Images
Imprimer

Les prix du pétrole regagnaient du terrain lundi en cours d'échanges européens, la perspective d'une relance de la production libyenne s'éloignant avec la reprise des combats dans la région productrice du croissant pétrolier.

Vers 10H00 GMT (12H00 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre valait 46,36 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 59 cents par rapport à la clôture de vendredi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI) pour le mois d'octobre s'adjugeait 63 cents à 43,66 dollars.

La semaine dernière, les cours du pétrole avaient fortement reculé (de 4,67% pour le Brent, de 6,21% pour le WTI), secoués par les craintes des investisseurs sur une surproduction du marché alors que la demande stagne, notamment motivées par la perspective de la reprise des exportations libyennes.

La reprise des combats en Libye montre que le rebond des exportations de brut ne se fera pas de lui-même, comme nous avons déjà pu le voir maintes fois, commentait Bjarne Schieldrop, responsable des analyses de SEB Markets.

Les autorités basées dans l'Est, qui contrôlent la région productrice du Croissant pétrolier, ont en effet dû repousser dimanche une offensive lancée par une milice alliée au gouvernement d'union nationale libyen (GNA), qui visait à reprendre le contrôle de terminaux.

Un réservoir de brut a pris feu lors des combats dans le port d'al-Sedra, a précisé la Compagnie nationale du pétrole (NOC) dans un communiqué.

La Libye produit actuellement 0,25 million de barils par jour, alors qu'elle en produisait 1,6 million auparavant, et qu'elle dit qu'elle pourrait revenir à une production d'un million de barils par jour avec l'accord politique actuellement en place, rappelait Bjarne Schieldrop.

En outre, les prix montent après des déclarations du président vénézuélien Nicolas Maduro, qui a assuré dimanche que les producteurs de pétrole, membre ou non de l'Opep (Organisation des pays exportateurs de pétrole, NDLR), étaient proches d'un accord qui permettraient de stabiliser le marché, soulignait Jasper Lawler, analyste marché CMC Markets.

Les gains du pétrole restaient cependant modérés en regard des pertes de la semaine dernière alors que les investisseurs attendaient la réunion informelle de l'Opep la semaine prochaine.

Prévue le 27 septembre à Alger, cette réunion sera une rencontre de concertation et non pas de prise de décisions, a affirmé samedi le secrétaire général de l'Opep, Mohammed Barkindo.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.