Huffpost Tunisie mg

Le journaliste Moez Jemai relâché après une arrestation de deux jours

Publication: Mis à jour:
MOEZ JEMAI
Facebook
Imprimer

Le journaliste Moez Jemai, arrêté samedi à Gabès par deux agents de la sécurité a été libéré lundi matin a déclaré au Huffpost Tunisie , Zied Dabbar, membre du bureau exécutif du Syndicat national des journalistes tunisiens.

Il précise que ce dernier a été arrêté sur ordre du Procureur de la République. "Moez a été interpellé par deux ou trois agents de la sécurité, il y a eu une discussion entre eux puis il a été arrêté" indique-t-il.

Quant au motif de son arrestation, Dabbar a évoqué l'atteinte à un agent dans l'exercice de ses fonctions."Nous appelons d'ailleurs à l'abolition de cette loi qui est devenu un prétexte standard pour l'arrestation des journalistes" lance-t-il.

"Cela n'a pas de sens, arrêter un journaliste deux jours pour le relâcher ensuite pour le même prétexte à savoir, atteinte à un agent dans l'exercice de ses fonctions" fait-il savoir.

Suite à un différend avec des agents de sécurité à Gabès, le journaliste Moez Jemai a été arrêté samedi 17 septembre au soir dans la région. C'est le Syndicat National des Journalistes Tunisiens (SNJT) qui a rapporté les faits, dans un communiqué rendu public dimanche 18 septembre.

Dans ce même communiqué, le Syndicat affirme que Moez a été interdit de contacter sa famille pendant quatre heures, ce qui l’a empêché, d'office, de jouir de son droit à la présence d’un avocat. D'autre part, le SNJT assure avoir intensifié les contacts avec la présidence du gouvernement et le ministère de l’Intérieur pour la libération du journaliste

Plusieurs journalistes avaient lancé des appels dans le même sens:

Légende: "Soutien inconditionnel à Lina Ben Mhenni et solidarité avec mon collègue Moez Jemai. Liberté à Jemai "


Légende: "Tout mon soutien à Lina Ben Mhenni et Moez Jemai pour l'oppression policière et judiciaire dont ils font objet"


Légende: "Il faudra qu'on apprenne la langue des signes pour ne pas tomber dans l'échange verbal avec les policiers"

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.