Huffpost Maroc mg

Élections Maroc: Youssef Ait El Haj Lahcen remplacera Hammad Kabbadj à Marrakech-Guéliz

Publication: Mis à jour:
HAMMAD KABBAJ
Hammad Kabbaj, a controversial cleric and Salafist member of the Justice and Development Party (PJD) gives an interview in the Moroccan city of Marrakesh on September 3, 2016.Kabbaj, the surprise candidate in Morocco's legislative elections next month is an ultra-conservative preacher in a wheelchair who says Salafism is the best tool for tackling violent extremism. / AFP / FADEL SENNA / TO GO WITH AFP STORY BY JALAL AL-MAKHFI (Photo credit should read FADEL SENNA/AFP/Getty Images | FADEL SENNA/AFP
Imprimer

ÉLECTIONS - Après l'invalidation de la candidature de Hammad Kabbadj, le Parti de la justice et du développement (PJD) a accrédité un nouveau candidat pour être mandataire de la liste locale du parti dans la circonscription de Marrakech-Guéliz.

Le choix du parti s'est porté sur Youssef Ait El Haj Lahcen, qui est un cadre local originaire de Zagora, "fondateur de la section PJD de Marrakech et membre du secrétariat provincial du parti. Ce fonctionnaire du ministère de l’Education nationale, professeur agrégé en sciences naturelles dans un lycée de l’ancienne médina est par ailleurs syndicaliste, secrétaire régional de l’Union nationale du travail au Maroc (UNTM)", selon Le Desk.ma.

Une candidature invalidée par décision administrative

Tête de liste du PJD dans la circonscription de Marrakech-Guéliz, le cheikh salafiste Hammad Kabbadj a vu sa candidature invalidée vendredi 16 septembre. Dans un post Facebook dans lequel il s’adresse directement au roi, Kabbadj a dénoncé l'invalidation de sa candidature, qui aurait été prononcée par le wali de la région Marrakech-Safi Abdelfettah El Bjioui après une “enquête administrative" qui a "révélé que le concerné a exprimé lors de plusieurs occasions des positions à l’encontre des principes élémentaires de la démocratie, affirmées par la Constitution du royaume, et cela à travers l’expression d’idées extrémistes qui incitent au racisme, à la haine et à la violence au sein de la société marocaine”. Dans son post Facebook, Hammad Kabbadj réfutait toute appartenance à un courant extrémiste.

Dans un communiqué diffusé le même jour sur le portail officiel du PJD, le secrétariat général du parti a "déploré l'annulation de la candidature de Hammad Kabbadj dans la circonscription de Guéliz à Marrakech", estimant qu'il s'agissait d'une "atteinte au droit de Hammad Kabbadj de se porter candidat", ce qui est "totalement inacceptable", selon le parti.

Pour l'Etat-major du parti de la lampe, "l'approche basée sur l'intégration dans la vie publique et au sein des institutions des membres du courant salafiste modéré, a montré son efficacité dans la garantie de plus de sécurité et de stabilité, et la lutte contre l'extrémisme et le terrorisme, ce qui rend la décision prise à l'encontre du frère Kabbadj totalement inacceptable".

LIRE AUSSI: