Huffpost Algeria mg

Libye: nouveaux combats pour le contrôle du Croissant pétrolier

Publication: Mis à jour:
LIBYA
Forces opposed to Libya's unity government ride a truck in the Zueitina oil terminal on September 14, 2016.Forces opposed to Libya's unity government handed management of four vital oil ports to the National Oil Company on September 14, after seizing them in a blow to fragile peace efforts. Prime minister-designate Fayez al-Sarraj called for urgent talks after the ports were captured by forces loyal to Field Marshal Khalifa Haftar, who supports a rival administration in the country's east. / AFP | ABDULLAH DOMA via Getty Images
Imprimer

De nouveaux combats pour le contrôle du Croissant pétrolier dans l'est de la Libye, ont opposé dimanche les gardes des installations pétrolières aux forces du gouvernement rival sous le commandement du maréchal controversé Khalifa Haftar.

Les Gardes des installations (pétrolières, loyales au gouvernement d'union nationale GNA) ont lancé une offensive ce matin (dimanche) et (nos forces) les combattent à Ras Lanouf, a indiqué à l'AFP Mohamad Ibset, un responsable des forces rivales.

Nous avons attaqué al-Sedra et Ras Lanouf et les forces de (Khalifa) Haftar tentent de nous cibler avec leurs avions, a indiqué à l'AFP Ali al-Hassi, un porte-parole des Gardes des installations pétrolières (GIP).

Les forces du maréchal Khalifa Haftar, liées aux autorités non reconnues basées dans l'est du pays, se sont emparées entre dimanche et lundi des quatre terminaux de la région du Croissant pétrolier (nord-est): Zoueitina, Brega, Ras Lanouf et Al-Sedra. La Compagnie nationale du pétrole (NOC) a ensuite annoncé la reprise imminente des exportations du brut.

La NOC a dit qu'elle restait loyale au GNA, tout en ajoutant qu'elle appliquait les instructions données par le Parlement basé dans l'Est fidèle aux autorités parallèles.

Ces ports étaient jusqu'à récemment contrôlés par les GIP, une milice de l'Est ayant prêté allégeance au gouvernement d'union basé à Tripoli et reconnu par le communauté internationale.

L'offensive lancée la semaine dernière par les troupes sous le commandement de Khalifa Haftar avait suscité de nouvelles inquiétudes à l'étranger, l'émissaire de l'ONU Martin Kobler mettant en garde contre la division de la Libye, toujours plongée dans le chaos près de cinq ans après la chute du régime de Mouammar Kadhafi.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.