Huffpost Algeria mg

Gel des activités d'une dizaine d'agences de voyage à Alger

Publication: Mis à jour:
VOAYGE
Pixabay
Imprimer

Une dizaine d'agences de voyage au niveau de la wilaya d'Alger ont vu leurs activités gelées pour non respect du cahier de charges et escroquerie à l'égard de leurs clients, a indiqué M. Salah Benakmoum, directeur du tourisme de la wilaya d'Alger.

M. Benakmoum a précisé dans une déclaration à l'APS que les services de la Direction du tourisme de la wilaya d'Alger ont procédé en 2016 au gel des activités d'une dizaine d'agences de voyage. Ces gels ont été appliqués dans le cadre de ses réformes visant à assainir le secteur, à améliorer la performance des agences de voyage et développer les prestations touristiques.

Le responsable a expliqué que les causes ayant induit le gel des activités de ces agences sont escroquerie et fausse déclaration à l'égard des clients concernant la qualité des prestations.

Cette mesure a été prise suite au non respect du cahier de charges et des normes en vigueur à l'échelle nationale et internationale, précisant qu'aucune plainte n'a été formulée jusqu'à présent contre des agences de voyage concernant le hadj.

"Les propriétaires de ces agences font de fausses promesses à leurs clients concernant la qualité des prestation (prix, hébergement, transport et autres) qui s'avèrent être le contraire de ce qui a été convenu, ce qui représente, a-t-il dit, une violation des termes de l'accord", a souligné M. Benakmoum, relayé par la même source.

"De tels agissements portent atteinte à la réputation des agences de voyage qui travaillent sérieusement depuis des années et qui répondent aux conditions exigées dans le but de fournir des prestations de qualité à leurs clients", a-t-il ajouté.

Suite aux plaintes déposées par les clients escroqués, une enquête est menée par une commission composée d'inspecteurs de la direction du tourisme. Des mesures sévères sont prises à l'encontre des contrevenants à savoir le gel des activités, la mise en demeure et la fermeture, a expliqué le responsable qui a ajouté que l'objectif étant de protection des droits du client.

Des dizaines de Hadjis algériens avaient été arnaqués par une agence de voyage début septembre. Arrivés à l’aéroport régional de Qassim en Arabie Saoudite, ils se sont rendus compte qu’ils ont été arnaqués: les visas qui leur ont été délivrés pour accomplir le pèlerinage étaient dépourvus d’autorisation

LIRE AUSSI: Arnaqués par une agence de voyages, 47 hadjis Algériens dans la galère en Arabie saoudite

Diversifier les produits touristiques

Lors de la même déclaration, Salah Benakmoum a appelé à la promotion des autres activités touristiques, outre le hadj et la omra, afin de faire connaître les potentialités de l'Algérie et promouvoir cette destination.

Il a souligné la nécessité de diversifier les produits touristiques à l'instar du tourisme thermal, culturel, saharien, balnéaire et le tourisme vert.

Le nombre des agences de voyage activant au niveau de la wilaya d'Alger est de 500 agences sur 1200 agences à l'échelle nationale, a indiqué l'intervenant qui a ajouté que ces agences offraient 800 postes de travail.

M. Benakmoum a reconnu un déficit en matière d'infrastructures hôtelières qui sera, a-t-il assuré, résorbé à la faveur du lancement de 60 projets dans la wilaya d'Alger, qui compte 182 hôtels avec une capacité d'accueil de 20.000 lits, offrant 9000 postes de travail.

La concrétisation des 60 projets lancés récemment permettra d'atteindre une capacité d'accueil de 12.000 lits, soit un total de 32.000 lits, et la création de 8000 nouveaux postes de travail. "Nous aspirons atteindre plus de 50.000 lits pour faire face au déficit enregistré et garantir des prestations de qualité qui soient au niveau des standards mondiaux", a-t-il indiqué.

En 2016, la wilaya d'Alger a enregistré plus de 500.000 touristes sur un total de 2 millions, rajoute-t-il.

Il est important de reconsidérer le dispositif juridique régissant le tourisme en Algérie afin de l'actualiser et l'adapter à la réalité du terrain, estimé M. Benakmoum. Il a rappelé que la législation actuelle date de 1985 et qu'elle n'est pas en phase avec les mutations que connaît le pays.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.