Huffpost Maroc mg

Abdeslam Seddiki appelle à généraliser le tiers payant pour toutes les maladies

Publication: Mis à jour:
ABDESLAM SEDDIKI
Abdeslam Seddiki appelle à généraliser le tiers payant pour toutes les maladies | DR
Imprimer

SANTÉ - "La réforme de la couverture médicale au Maroc nécessite la généralisation du tiers payant pour toutes les maladies, prioritairement pour l'achat des médicaments onéreux utilisés dans le traitement des pathologies lourdes ou chroniques". Vendredi à Marrakech, le ministre de l'Emploi et des affaires sociales Abdeslam Seddiki a défendu bec et ongles le tiers payant.

Pour le ministre PPS, ce mécanisme qui permet aux patients d'être dispensé de l'avance des frais de traitement, y compris pour les consultations et les analyses médicales ainsi que pour l'achat de médicaments coûteux, "constitue la meilleure solution aux retards survenus récemment au niveau des compensations". Seddiki considère que le tiers payant "contribuera également à réduire la durée du traitement, améliorer les conditions de prise en charge, assurer le suivi médical et la gouvernance des dépenses du secteur", rapporte la MAP.

"Les prestations ne répondent pas tout à fait aux aspirations"

Toujours est-il que "les prestations ne répondent pas tout à fait aux aspirations et aux attentes des adhérents", de l'aveu même du ministre, "ce qui se manifeste clairement par les chiffres, puisque le total des payements enregistrés dans le cadre du tiers payant par la Caisse nationale des organismes de prévoyances sociale (CNOPS) a été de l'ordre de 1,78 milliards de dirhams en 2015, contre 1.75 milliards de dirhams en 2014, soit une petite croissance de 1%".

Le secteur privé, quant à lui, a capitalisé avec un total de 1,29 milliards de dirhams, soit une croissance de 72%, alors que le secteur public a enregistré un total de 252 millions de dirhams, soit une croissance de 14%, tandis que le montant enregistré au niveau du secteur mutualiste était de la valeur de 209 millions de dirhams.

"Nous ne voulons ni concurrencer le secteur privé, ni se considérer comme une alternative en matière de production de soins publics, mais continuer simplement à jouer un rôle de troisième voie pour une catégorie sociale n’ayant pas les moyens suffisants pour accéder aux soins de qualité", a souligné le président du conseil d'administration de la Mutuelle générale du personnel des administrations publiques (MGPAP), Abddelmoula Abdelmoumni.

Tiers payant pour les pathologies lourdes

Le 15 mars à Rabat, la CNSS, la CNOPS et le Conseil national de l’Ordre des pharmaciens ainsi que la Fédération nationale des syndicats des pharmaciens du Maroc ont signé, une convention nationale régissant le mode du tiers payant pour les médicaments des porteurs d’affections longue durée et affections longues et coûteuses. L'objectif de cette convention est de faire bénéficier les assurés de la dispense de l’avance des frais correspondant à la délivrance de certains médicaments remboursables au titre de l’AMO. Cette convention est conclue pour une durée de quatre ans.

Citant une source au sein de la CNOPS, Aujourd'hui Le Maroc rapporte que près de 90 médicaments sont concernés par cette prise en charge.

LIRE AUSSI: