Huffpost Maroc mg

Concilier politique et finances publiques, un enjeu de premier ordre (VIDÉO)

Publication: Mis à jour:
Imprimer

ÉCONOMIE - A l'heure où la pré-campagne électorale bat son plein au Maroc, la question de la relation entre pouvoir politique et finances publiques est plus que jamais d'actualité. Et c'est sur ce thème que porte le 10e colloque internationale des finances publiques qui s'est ouvert le vendredi 16 septembre à Rabat, dans les locaux de la Trésorerie générale du royaume.

"La Constitution de 2011 a bien tracé les lignes de partage entre les pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire. L'idée est de savoir quel est le rôle de chacun dans l'évolution démocratique que connaît le pays. Le but de ce colloque, c'est de dire qu'il faut s'intéresser davantage aux résultats de ces politiques, plus que les annonces qui sont faites au moment de la présentation du projet de loi de finance", rappelle d'emblée Nourredine Bensouda, Trésorier général du Maroc:

Sur l'importance du rôle de la Cour des comptes

Aujourd'hui, continuer d'améliorer la coopération entre les finances publiques et les décideurs politiques est essentiel pour le développement du Maroc: "L'idée sur laquelle nous insistons, c'est qu'il faut s'intéresser davantage aux comptes publics, car ils montrent ce qui a concrètement été réalisé", confie au HuffPost Maroc Nourredine Bensada, interrogé en marge du colloque.

"Nous soulignons également l'importance du rôle de la Cour des comptes, qui a publié plusieurs rapports sur les politiques publiques, à l'instar de ce qui se passe en France. L'idée est que ce renforcement, qui a été d'abord fait au niveau de la Cour des comptes, va participer à améliorer le débat sur les finances publiques", ajoute-t-il.

Coopération constructive plutôt que divergences destructives

Toujours est-il que la gestion des finances publiques doit se faire au delà de tout intérêt personnel ou politique afin d'oeuvrer pour le bien commun. Une idée développée par le ministre de l'Économie et des finances Mohamed Boussaid: "Nous devons tous oeuvrer pour la réorientation du débat politique qui doit porter autant sur l'exécution des finances publiques que sur le processus d'adoption de la loi de finances", a-t-il souligné lors de la cérémonie d'ouverture.

De son côté, le trésorier général du royaume a rappelé que le succès d'une politique publique "relève d'une coopération constructive permanente et non de divergences destructives", ce que "l'histoire a prouvé" par le passé.

Le Colloque international sur les finances publiques est organisé les 16 et 17 septembre par le ministère de l'Economie et des finances, en partenariat avec l'Association pour la fondation internationale de finances publiques (Fondafip), avec le soutien de la Revue française de finances publiques (RFFP).

LIRE AUSSI: