Huffpost Tunisie mg

Après avoir refusé une augmentation salariale dans le secteur touristique, accord entre les hôteliers et l'UGTT

Publication: Mis à jour:
TUNISIA HOTEL
FETHI BELAID/AFP/Getty Images
Imprimer

Une grève prévue pour débuter samedi dans l'important secteur du tourisme en Tunisie a pu être évitée après un accord sur des augmentations de salaire, a annoncé vendredi la Fédération tunisienne de l'hôtellerie.

La centrale syndicale UGTT avait appelé à une grève générale de deux jours -samedi et dimanche- dans tous les hôtels du pays afin d'obtenir une hausse des salaires de 6% pour tous les employés du secteur pour les années 2015 et 2016 pour compenser renchérissement du coût de la vie.

"Nous avons signé jeudi avec l'UGTT un accord pour une augmentation salariale de 6% pour l'année 2016 et la grève a été annulée", a déclaré vendredi à l'AFP le président de la Fédération hôtelière, Radhouane Ben Salaha.

Mercredi, il avait soutenu qu'il était "impossible" de "répondre positivement à toute demande d'augmentation (...)".

"La saison 2015 a été catastrophique et celle de 2016 n'est pas meilleure", avait-il avancé.

Le tourisme tunisien, un des piliers de l'économie de ce pays du Maghreb, a été frappé de plein fouet par l'instabilité qui a suivi la révolution de 2011 contre la dictature puis par des attentats jihadistes sanglants l'an dernier contre le musée du Bardo et sur une plage de Sousse (60 morts dont 59 touristes étrangers).

Selon le président de la Fédération hôtelière, la Tunisie a enregistré 16 millions de nuitées en 2015 contre 29 million en 2014 soit une baisse de plus de 30%.

Les recettes ont été de 2,3 milliards de dinars en 2015 (un milliard d'euros environ) contre 3,6 milliards (1,45 milliard d'euros) l'année précédente.

Le tourisme représente en temps normal quelque 7% du Produit intérieur brut tunisien et 400.000 emplois directs et indirects. Mais les arrivées sont en chute libre depuis un an, et ce recul peine à être compensé par la hausse du tourisme local, des visiteurs algériens et de la clientèle russe.

Les marchés traditionnels (Grande-Bretagne et, à un degré moindre, France) sont particulièrement touchés.

Des dizaines d'hôtels ont été contraints de fermer leurs portes l'hiver dernier et certains n'ont pas rouvert depuis.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.