Huffpost Maroc mg

Gouvernance, éducation, santé, emploi: Les détails du programme du RNI

Publication: Mis à jour:
SALAHEDDINE MEZOUAR
Moroccan Foreign Minister Salaheddine Mezouar delivers a speech during a Global Climate Action Forum meeting on June 23, 2016 in the Moroccan capital Rabat. / AFP / FADEL SENNA (Photo credit should read FADEL SENNA/AFP/Getty Images) | FADEL SENNA/AFP
Imprimer

ÉLECTIONS - "Depuis 2008, le Maroc a fait face à deux grands chocs avec beaucoup de sérénité: La crise économique et financière de 2008, et le mouvement du Printemps arabe. Le Maroc d’aujourd’hui vit dans la perspective d’une troisième crise non moins importante: un environnement régional de plus en plus perturbé, les enjeux de deux acteurs régionaux et internationaux opposés aux intérêts stratégiques de notre nation." C'est sur cette phrase alarmiste que s'ouvre le programme électoral du Rassemblement national des indépendants (RNI), dévoilé lors d'une conférence qui s'est tenue hier, jeudi 15 septembre, à Casablanca.

Pour l'élaboration du programme électoral du parti, un comité de pilotage a été mis en place. Composé de membres du bureau politique du parti dont, entre autres, le ministre de l'Economie et des finances Mohamed Boussaid et le ministre chargé des Marocains résidant à l'étranger et des affaires de la migration Anis Birou, le comité a tenu une réunion mercredi 17 août avec "cadres du parti, experts, entrepreneurs, étudiants, acteurs de la société civile. L'objectif était de récolter les avis de tout le monde", indique une source au sein du RNI

"Par la suite, quatre ateliers ont été créés. Ces ateliers avaient une mission, celle de décliner des mesures concrètes, pratiques, chiffrées et chiffrables à partir d'un état des lieux qui a été dressé par le comité de pilotage. Nous avons des experts qui sont capables de mesurer le coût de l'initiative et son rendement", ajoute notre source.

Mettre en oeuvre la régionalisation avancée, renforcer les acquis constitutionnels

Si "le Maroc a réussi à faire face aux deux premiers chocs grâce à la résilience de son modèle, le défi majeur des élections de 2016 est de renforcer la résilience du modèle marocain pour faire face au troisième choc", estime le RNI qui, dans un programme de 25 pages, aborde plusieurs domaines et secteurs, en définissant les chantiers prioritaires.

Le volet politique inclut plusieurs mesures, axées autour du renforcement des acquis de la Constitution de 2011, "sur le plan institutionnel à travers une plus grande synergie et coopération entre les différents pouvoirs". Le RNI s'engage également à "fournir le soutien matériel et l’encadrement technique et procédural pour accélérer la mise en place de la régionalisation", ainsi qu'à "oeuvrer pour assurer la synergie et l'harmonie sociétale dans les affaires publiques à travers l'ouverture aux acteurs de la communauté et à l'opposition institutionnelle et les impliquer dans l'élaboration des décisions importantes".

Gouvernance: Encourager la productivité dans l'administration, renforcer la e-administration

Dans son volet relatif à la gouvernance, le programme du RNI souhaite "consolider le rôle de l’Etat stratège, incitateur, régulateur"; "élever le niveau de coordination du travail gouvernemental"; ou encore "développer un arsenal juridique et technique pour la lutte contre la corruption".

Il est aussi question d'améliorer l’environnement des affaires, faciliter les procédures et élargir les domaines de l’administration électronique; rationaliser les systèmes de taxes, d’aides et de subventions pour garantir plus d’équité et réduire les inégalités; généraliser le e-gov et la e-administration à tous les services orientés vers les citoyens, à faciliter l’accès à l’information et assurer une transparence des procédures administratives, ainsi qu'à encourager le productivité dans l’administration pour attirer les compétences adéquates.

Justice: Simplifier les procédures, engager l'institution face aux citoyens

Pour améliorer l’efficience du système judiciaire, le RNI souhaite simplifier et décentraliser les procédures et accélérer les jugements. Le parti dirigé par Salaheddine Mezouar propose aussi d'engager l’institution face aux citoyens, avec notamment des délais annoncés pour les principales procédures juridiques, ainsi qu'à introduire une refonte profonde des tribunaux de commerce en les adaptant aux particularités de l’activité économique.

Pour améliorer le rendement de l'appareil judiciaire, le RNI propose d'opérer une "réforme concertée de l’environnement de la justice (avocats, experts, auxiliaires de justice)", et d'"atteindre le ratio de 20 magistrats par 100.000 personnes (au lieu de 12 actuellement)".

Emploi: Encourager la création de start-up, mettre en place un dispositif premier emploi

Secteur-clé pour le RNI, l'emploi fait partie des chantiers prioritaires sur lequel le parti a mis l'emphase, car "le RNI a dirigé des départements économiques, mais n'a jamais eu la main sur celui de l'emploi, qui est pourtant la porte d'entrée vers tous les sujets économiques", nous déclare une source au sein du parti.

Dans ce sens, le parti dirigé par Salaheddine Mezouar souhaite carrément mettre en place un nouveau modèle pour l’intégration et la création d’emploi, et propose l'élaboration d'une charte sociale dans les domaines de l'emploi, ainsi qu'à réduire de 50% des charges patronales et salariales pour les salaires de moins de 3.000 DH. Le programme du parti de la colombe s'engage, par ailleurs, à "axer les stratégies sectorielles impulsées par l’Etat sur la création d’emploi", à "promouvoir la création d’emplois dans l’économie sociale, l’artisanat, la culture", à "poursuivre l’application du statut d’auto-entrepreneur pour encourager l’insertion les jeunes dans le travail", et à "intégrer progressivement les activités informelles à l’économie". Le RNI s'engage aussi à mettre en place un "dispositif 1er emploi avec aides personnalisées (coaching, formation, indemnités de transport pour passer les entretiens, etc.)".

Afin d'encourager l'investissement et la création de start-up, le RNI souhaite "déployer une stratégie nationale de l’innovation et d’investissement dans la recherche scientifique", et "mettre en œuvre un fonds de soutien des start-up". Le parti de la colombe souhaite également développer les partenariats public/privé (PPP), et innover dans les modes de financement, notamment via le crowd-funding).

École: 500 lycées sur 5 ans, aide au logement pour étudiants, e-learning

Accélérer la généralisation du préscolaire; accorder une allocation familiale fixée à 400 dirhams par mois pour la scolarisation enfants âgés de 3 à 18 ans, pour les familles à faible revenu (moins de 1500 dirhams par mois); réduire la fracture entre les secteurs privé et public en insistant sur la qualité et en encourageant les partenariats; ouvrir 500 lycées sur 5 ans pour répondre aux besoins de proximité des populations; opérer une refonte des programmes éducatifs et de l'approche pédagogique en insistant sur les nouvelles technologies; accorder une aide au logement étudiant de 500 dirhams par mois; la généralisation de la scolarisation à 100% de garçons et filles sur 5 ans; mettre en place un programme de e-learning; impliquer les parents d’élèves dans la gestion des établissements scolaires, et disposer de cellules de veille et de vigilance pour lutter contre l’abandon scolaire

Santé: Généralisation de la couverture médicale, stratégie en faveur du personnel médical

Les principales mesures sont l'augmentation du budget de la santé à 7% du budget général de l’État, la refonte de la carte de soins à travers la définition d’un niveau de qualité de service minimum (infrastructures sanitaires, personnel médical, proximité des centres médicaux), la mise à niveau des infrastructures de soin et le développement des pôles de santé d’excellence en conformité avec la nouvelle carte de soins.

Le RNI s'engage également à créer un CHU par région, à développer des cliniques mobiles pour desservir toutes les zones rurales, à réorganiser les services des urgences, à mettre en oeuvre la généralisation de la couverture médicale, y compris aux 10 à 12 millions de personnes non éligibles au RAMED, à déployer une stratégie en faveur du personnel médical, ainsi qu'à encourager la fabrication et l’utilisation des médicaments génériques.

Jeunes: Renforcement des équipements culturels, développer l'interactivité via les réseaux sociaux

En sus des mesures destinées à renforcer l'employabilité des jeunes, le RNI souhaite "lancer à travers les 500 maisons de jeunes au Maroc un programme de consultation et de conseil pédagogique pour orienter les carrières". Le parti de Mezouar ambitionne également de "développer l’interactivité avec les jeunes à travers les réseaux sociaux, renforcer la place des jeunes dans les médias, placer le sport au cœur des activités des jeunes, et mettre à disposition de tous des équipements publics les soirs et week-ends pour exercer les activités sportives et culturelles (écoles, universités, maisons de jeunes, etc.)".

Solidarité: Désenclavement du monde rural, couverture médicale gratuite pour les plus de 70 ans

Le volet solidarité, l'un des chantiers prioritaires du RNI, s'adresse aux personnes âgées, aux personnes à besoins spécifiques, ainsi qu'aux citoyens du monde rural.

Pour la première catégorie, le RNI s'engage à prioriser la couverture médicale gratuite pour les personnes de plus de 70 ans et à garantir la priorité aux personnes âgées et aux femmes enceintes dans toutes les administrations. Pour les personnes à besoins spécifiques, le parti de Salaheddine Mezouar souhaite mettre en place une allocation enfants handicapés de 350 dirhams par mois destinée aux familles démunies, ainsi qu'à assurer la prise en charge des équipements pour les plus démunis ne disposant pas de couverture sociale. Une autre mesure est l'aménagement des espaces et équipements publics administrations, jardins, transports en commun, écoles etc.) pour les personnes à besoins spécifiques.

Pour les citoyens ruraux, le parti de la colombe mise sur le désenclavement des zones rurales grâce à l’accélération du plan national de routes rurales, avec 20.000 kilomètres sur 5 ans, ainsi que sur la généralisation de la scolarisation aux filles et garçons sur 5 ans. Le RNI souhaite également développer des unités mobiles de formation dans les métiers de l’agriculture et de l’éco-tourisme, ainsi qu'à équiper et renforcer les ressources humaines de 300 centres de santé actuellement fermées.

Culture: Une bibliothèque par commune, la création d'écoles spécialisées dans les domaines de la culture

La culture, le parti de Salaheddine Mezouar l'a abordée en tant que levier développement, car "de par l'ADN économique du parti, nous estimons que la culture doit être appréhendée non de manière idéaliste, folklorique ou idéologique, mais comme levier de développement économique et source de création de l'emploi. Ce sera notre positionnement pour proposer des mesures pour promouvoir la culture", explique une source au sein du parti.

Dans ce sens, le RNI souhaite créer 100.000 emplois directs et 500.000 indirects sur 5 ans en s’appuyant sur le Plan "Culture & Medias Made in Morocco". Il est également question, dans le programme du RNI, d'"encourager la création dans tous les arts", et de "multiplier par 5 le nombre de créations (musicales, théâtrales, cinématographiques…)".

Le RNI propose, par ailleurs, de concevoir un projet culturel par région et par commune, de développer un réseau complet d’infrastructures culturelles de qualité et d'en généraliser l’accès, de créer de nouvelles infrastructures, de réhabiliter les théâtres de quartier et généraliser les maisons de jeunes, de convertir les bâtiments publics vacants en espaces dédiés à la culture et mettre à disposition les grands espaces publics pour les manifestations culturelles et artistiques.

Le parti de la colombe souhaite que chaque commune dispose d’une bibliothèque, d’un espace multimédia et d’un espace pour les jeunes, et propose de mettre en gestion déléguée tous les centres culturels publics n’ayant pas de programme permanent. D'autres mesures sont la création d'écoles et d'instituts spécialisés dans les domaines de la culture, la généralisation de la couverture santé et retraite à tous les artistes ayant plus de 60 ans.

LIRE AUSSI: