Huffpost Maroc mg

La candidature du salafiste Hammad Kabbaj invalidée par le wali de Marrakech

Publication: Mis à jour:
HAMMAD KABBAJ
Hammad Kabbaj, a controversial cleric and Salafist member of the Justice and Development Party (PJD) gives an interview in the Moroccan city of Marrakesh on September 3, 2016.Kabbaj, the surprise candidate in Morocco's legislative elections next month is an ultra-conservative preacher in a wheelchair who says Salafism is the best tool for tackling violent extremism. / AFP / FADEL SENNA / TO GO WITH AFP STORY BY JALAL AL-MAKHFI (Photo credit should read FADEL SENNA/AFP/Getty Images) | FADEL SENNA/AFP
Imprimer

ÉLECTIONS - La candidature du salafiste Hammad Kabbaj sous les couleurs du PJD a été invalidée par le wali de Marrakech, indique le principal concerné dans un post Facebook publié ce vendredi 16 septembre.

Dans sa publication, où il s’adresse directement au roi, il dit avoir reçu un courrier de la part d’Abdelfettah El Bjioui, le wali de la région Marrakech-Safi, où il est question du refus de sa présentation aux élections.

“L’enquête administrative a révélé que le concerné a exprimé lors de plusieurs occasions des positions à l’encontre des principes élémentaires de la démocratie, affirmées par la Constitution du royaume, et cela à travers l’expression d’idées extrémistes qui incitent au racisme, à la haine et à la violence au sein de la société marocaine”. C’est ainsi que justifierait le wali le refus de candidature de Hammad Kabbaj, selon la publication de ce dernier, qui réfute par la même occasion toute appartenance à un courant extrémiste.

La candidature de Hammad Kabbaj a été annoncée le 26 août dernier par le Parti de la justice et du développement (PJD). Le prédicateur devait être tête de liste du parti de la lampe dans la circonscription de Guéliz-Annakhil à Marrakech. Cette candidature avait notamment créé la surprise au sein de la société civile.

Plusieurs associations, parmi lesquelles Touche pas à mon enfant, étaient montées au créneau. Celle-ci avait d’ailleurs exprimé son indignation dans un communiqué où elle qualifie Kabbaj de “prédicateur takfiriste, disciple de Maghraoui connu pour encourager le mariage des petites filles mineures à partir de 9 ans”.

Si Kabbaj est connu pour ses positions controversées, il a surtout été accusé dernièrement d’avoir traité l’activiste Aïcha Ech-Chenna d’”icône de débauche”. Najat Anouar, la présidente de l’association Touche pas à mon enfant, était montée au créneau et une vague de soutien à Ech-Chenna avait vu le jour sur les réseaux sociaux.

Sauf que ces propos n’ont jamais pu être vérifiés. Najat Anouar, contactée par le HuffPost Maroc au lendemain de la publication de ce comuniqué, était incapable de déterminer l’origine de ces propos dont même Aïcha Ech-Chenna n’a pas confirmé l’existence.

Selon Le Desk, cette rumeur aurait été lancée par le site Rue20, un “média connu pour ses positions hostiles envers le PJD et coutumier d’articles à charge à l’endroit de ses dirigeants politiques”.

Quelques semaines avant, Hammad Kabbaj avait une nouvelle fois fait parler de lui en comparant Fatima Nejjar, l’ex-membre du Mouvement unicité et réforme (MUR), actuellement poursuivie pour relation extra-conjugale, à la femme du prophète Mohammed.

LIRE AUSSI: Le PJD présente des ministres, des maires... et des cheikhs salafistes