Huffpost Maroc mg

Des dizaines de Marocains arrêtés en Algérie pour "trafic d'hydrocarbures"

Publication: Mis à jour:
MOROCCO ALGERIA FUEL
Smugglers drive carrying empty containers to be filled with oil in Algeria before smuggling them back into Morocco on August 22, 2014 near the Moroccan city of Oujda along the Moroccan-Algerian border. 20 years after the border was closed, its reopening seems more distant than ever despite the economic damage with Algeria having trenches to prevent fuel smuggling on one side of the border and Moroco building a fence against 'terrorism' on the other. AFP PHOTO | FADEL SENNA/AFP
Imprimer
TRAFIC D’HYDROCARBURE - 84 ressortissants marocains ont été arrêtés à Tlemcen, en Algérie, dimanche 11 août. Ils étaient en possession de 1.920 litres de carburant destinés à la contrebande, selon l’armée algérienne citée par l’Algérie service presse (APS). Cette arrestation intervient “dans le cadre de la sécurisation des frontières et de la lutte contre la criminalité organisée", selon la même source.

Un trafic qui nuit à l'économie des deux pays

Le trafic de carburant nuit à l'économie du Maroc et de l'Algérie. En avril dernier, le chef de cabinet du président Abdelaziz Bouteflika avait estimé que le commerce illicite de carburant entre l’Algérie et les pays du Maghreb faisait perdre à l’Algérie 2 milliards de dollars par an. Selon des médias algériens cités par l’Agence France presse (AFP), “60% du commerce illicite de carburant alimente le Maroc”.

Les efforts comment à payer

La vente du carburant algérien, moins cher que le carburant marocain parce que fortement subventionné, reste relativement fréquente dans les villes de l’Oriental, ce qui handicape le secteur de la distribution des hydrocarbures dans cette région marocaine proche des frontières algériennes.

Selon Les Inspirations Éco, les efforts des deux pays pour contrer ce trafic commencent cependant à payer. “Le secteur de la distribution des hydrocarbures dans l’Oriental affichait des signes de reprise” en avril, selon le quotidien économique. Une trentaine de stations devraient par ailleurs ouvrir entre 2016 et 2017 dans la région.

Les deux pays voisins, qui ont fermé leurs frontières terrestres depuis 1994, construisent deux murs parallèles sur leurs frontières communes, afin de lutter contre le trafic de drogue et la contrebande.

LIRE AUSSI: Après le Sahara, le Maroc et l'Algérie s'embrouillent pour le raï